Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 18:30

 

De l'extérieur, on ne soupçonne même pas son existence. On est au mois de Juin, sur le territoire de la nation Navajo, au nord de l'Arizona. Il fait chaud, le ciel étale un bleu intégral au-dessus d'un paysage semi-désertique.

 

 

Et pourtant, là-dessous se trouve une merveille géologique, une cathédrale de l'érosion, le réseau de failles le plus photographié au monde, que des milliers et des milliers de touristes, dûment chapitrés par leurs guides indiens, parcourent chaque année, émerveillés de réussir des clichés aux couleurs tellement irréelles qu'elles semblent le produit d'un usage irraisonné de Photoshop.

 

 

Après s'être glissé dans une fente de la roche que rien ne semble particulièrement distinguer, voilà qu'on se retrouve, quelques mètres plus bas, au beau milieu d'un incroyable chaos minéral où la lumière, en cette fin de matinée, versée depuis le sommet de la fente, éveille d'infinies nuances de jaune, d'orangé, d'ocre, de mauve et de violet.

 

   

 

Mais ce qui frappe le plus, c'est la douceur des formes. La pierre, en fait un grès particulier, le 'Navajo soft stone', est polie à l'extrême, paraît littéralement onduler, couler, refluer, se lover en vagues sensuelles.

 

 

 

 

 

 

L'air, à l'intérieur du canyon, est incroyablement sec, il faut s'hydrater continuellement, et cependant l'impression dominante est celle d'une immersion dans un monde sous-marin où la clarté venue de la surface crée d'improbables irisations.

 

 

Les plongeurs en eau profonde doivent ressentir des sensations similaires. On a peine à imaginer que c'est pourtant l'eau, une eau tumultueuse et dévastatrice, qui, au long de millions et de millions d'années, a sculpté ces vagues immobiles et ces tourbillons figés.

 

 

 

Si le mois de Juin est normalement celui où l'hygrométrie est la plus faible, il n'en va pas de même le reste de l'année. La région connait de fréquents orages qui peuvent éclater soudainement avec une rare violence. Les pluies torrentielles qui en résultent remplissent d'abord les réservoirs naturels qui, une fois saturés, déversent brutalement un flot impétueux dans les canyons que ces mêmes pluies ont patiemment façonné dans la roche tendre au cours des millénaires.

 

 

Ce phénomène a un nom. On appelle cela des 'flash floods', des crues subites. Elles peuvent survenir alors que l'orage a frappé a des kilomètres de distance. Un flot boueux, chargé de débris, dont on a dit qu'il avait la couleur et la densité du chocolat, submerge alors ces canyons à fente, poursuivant sa route vers le lac Powell proche, sapant et érodant un peu plus à chaque passage les obstacles rocheux, jusqu'à leur donner cet aspect fantasmagorique et ce poli extrême propre à faire douter de la réalité minérale de ces épanchements aux couleurs subtiles.

 

 

Ces crues subites sont bien sûr un réel danger. A l'entrée du 'Lower Canyon', une plaque commémorative rappelle le tragique accident survenu le 12 Août 1997 où un groupe de 12 personnes fut surpris à l'intérieur du canyon par un tel événement. Il y eut 11 morts, dont sept touristes français et 2 corps ne furent jamais retrouvés. Depuis, les précautions sont extrêmes et l'accès au site est interdit en cas de menace d'orage.

 

 

C'est donc en toute sécurité que les touristes d'aujourd'hui peuvent parcourir ces étroits passages et s'émerveiller des couleurs irréelles que la lumière fait naître sur les parois, hautes, dans le 'Upper Canyon', jusqu'à 35 mètres. Il parait qu'il y a bien longtemps, des troupeaux d'antilopes vagabondaient dans les parages et empruntaient ces boyaux pour aller se désaltérer dans le lac Powell, d'où le nom. 

 

 

A l'approche de la sortie, les teintes subtiles sont gommées par le dur soleil, et la magie s'efface. On émerge enfin, tout étourdi par cet incroyable spectacle donné par la Nature et que rien ne laissait présager dans ce paysage âpre et désolé.

 

 

On a prétendu que le Lower Canyon fut découvert accidentellement en 1931 par une bergère indienne partie à la recherche d'un mouton égaré. Il semble infiniment plus vraisemblable que les Navajos connaissaient l'existence de ces canyons depuis fort longtemps et qu'ils considéraient ces merveilles de la nature comme des endroits sacrés. Ils nomment d'ailleurs dans leur langue le Upper Canyon 'Le Lieu où l'eau coule à travers les rochers' et assurent toujours avec le plus grand respect l'entretien des sites.

 

 

On peut imaginer sans peine la crainte admirative qui étreignait les premiers Navajos lorsqu'ils pénétrèrent dans ces lieux magiques où l'âme, comme la roche, est mise à nu, 

 

 

lls y retrouvaient peut-être le lien originel qui les reliait au Grand Créateur, celui qui animait les arbres, les roches, la terre, l'eau et le ciel. La nuit venue, tout disparaissait, mais, quand le lendemain le soleil revenait à l'aplomb des fissures, le prodigieux spectacle était renouvelé, merveilleux témoignage de la grandeur d'une Nature avec laquelle ils se sentaient si proches,  

 

oooOOOooo

Antelope Canyon

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article

commentaires

Thaddée 02/07/2014 17:15

C'est hallucinant, une pure merveille, qui nous rappelle que la Nature est la toute première des artistes. Ces couleurs ! Ces formes ! Oh oui c'est irréel, surréaliste, et riche de poésie ! Des clichés splendides, incroyables, un vrai trésor !

Jean-François 02/07/2014 22:33

On a dit des Etats-Unis que c'était un pays avec peu d'histoire et tellement de géographie. C'est particulièrement vrai dans les Etats de l'Ouest qui regorgent littéralement de merveilles géologiques. J'aurais ainsi voulu voir Coyote Buttes North en Arizona où les roches évoquent une mer déchaînée avec les couleurs d'Antelope Canyon... mais en plein air.!! Le site, fragile et protégé, n'est hélas visitable que tous les quinze jours avec un très petit nombre d'autorisations. Le monde recèle tellement de beautés naturelles que, lorsqu'on a la chance de les découvrir de ses propres yeux, on en ressort rasséréné et un peu plus confiant dans le sort de notre planète.

Présentation

  • : Mémoire de Rivages
  • Mémoire de Rivages
  • : Pourquoi ce blog? Pour ne pas oublier tous ces rivages, proches ou lointains, que j'ai connus, pour faire partager ces regards, ces visions, ces impressions fugaces, ces moments suspendus et qui ne se reproduiront plus, pour le plaisir de montrer des images et d'inventer des histoires, pour rêver tout simplement..
  • Contact

Profil

  • Jean-François
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..

Recherche

Catégories