Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 17:21

 

Il fut un temps en Afrique où les masques dansaient pour de vrai, inspirant la crainte et le respect.

 

Gabriel Moiselet - 'Le Masque nègre' - hst - 1929

Il fut un temps en Afrique où les fétiches avaient des pouvoirs surnaturels et savaient conjurer le mal et punir les voleurs.

 

Jean Le Gac - 'Les bottes rouges'  (détail) - hst - 2009

Il fut un temps en Afrique où, par l'intermédiaire des devins, les statues communiquaient avec l'au-delà et permettaient aux ancêtres de protéger le clan et de gagner le repos éternel.

 

Théo Mercier - 'Idole nourricière - 2012 (expositiion 'Le surréalisme et l'objet - Ctre Pompidou)

 

Mais voilà que des artistes, des blancs, découvrirent ces objets venus d'ailleurs. Ils s'entichèrent de l'audace des formes, ils s'émerveillèrent de leur inventivité, ils louèrent leur modernisme déroutant, ils s'extasièrent devant leur vitalité, ils s'enthousiasmèrent devant une authenticité qui correspondait à leur volonté intime de rompre avec les critères esthétiques d'un classicisme agonisant.

 

Karl Schmidt-Rottluff - 'Nature morte avec campanules et masque africain' - aquarelle- 1943

C'est ainsi que, sans avoir forcément conscience de la dimension cultuelle de ces objets si singuliers, des artistes incorporèrent ces formes brutes et vivifiantes dans leurs oeuvres.

 

Erich Heckel - 'Tête de femme' - gravure sur bois - 1916

C'est ainsi que l'on put constater à quel point la patine sombre des masques contrastait si bien avec la peau diaphane des blanches égéries.

 

Man Ray - 'Noire et Blanche' - 1926

C'est ainsi que le génial Picasso, au grand dam de ses contemporains, transfigura et donna une dimension nouvelle au visage de ses Demoiselles d'Avignon.

 

Pablo Picasso - 'Buste de femme' - hst - 1907

Et c'est ainsi que Madame Matisse arbora le masque blanc de ceux qui ont vu ce qu'il ne nous est pas donné de voir.

 

Henri Matisse - 'Portrait de Madame Matisse' - hst - 1913

Les objets, pendant ce temps, s'accumulaient chez les collectionneurs, et il pouvait être permis de penser qu'ils trouveraient enfin un repos mérité, bien alignés sur leurs étagères. 

C'était sans compter sur l'insatiable curiosité des artistes et leur volonté de percer le mystère de ces témoins de mondes invisibles.

 

Vitrine à la Biennale des Antiquaires - 2014

On leur fit subir dissections, accumulations et parfois même inclusions dans des prisons de plexiglas.

 

Arman - accumulation de masques africains sous plexiglass - 1996

On en étudia en détail les plus infimes caractéristiques

 

Kader Attia - photo retouchée 

On les aspergea de peinture

 

'Statue Fang' - FIAC 2009

On les recouvrit de miroirs à la façon des boules lumineuses des bals de quartier.

 

Kader Attia - Masque de la série 'Transformations' - 2014

On les exhiba dans des foires, comme le furent jadis les 'naturels' dans les expositions coloniales.

 

Kader Attia - 'Gueule cassée. Masque malade' - 2013

Mais en dépit de tous ces mauvais traitements les objets gardaient leur mystère. On tenta alors de les 'assimiler', mais rien n'y fit. Il y avait toujours en eux quelque chose de 'différent' qui échappait à toute analyse.

 

Coco Fronsac - 'La communiante' - photo ancienne retouchée - 2010

 

Coco Fronsac - 'Jeunes pousses d'anémones Nemorosa' - photo ancienne retouchée - 2007

Les masques, en Afrique, ne dansent plus pour de vrai.

 

Sarkis - 'On the Breaking Bad's wallpaper between the Cry and the Masks' - 2014

Le Dieu Pétrole a chassé les esprits de la forêt et les masques-bidons sont désormais sculptés à son image.

 

Série de masques de l-ère industrielle de l'artiste béninois Romuald Hazoumé - années 2000

Mais l'Afrique éternelle a plus d'un tour dans son sac.

Lorsqu'après avoir épuisé les ressources de la planète bleue, les hommes chercheront dans l'espace une nouvelle raison de vivre, il ne fait aucun doute qu'un fétiche protecteur aura déjà été placé sur orbite.

 

Monsengo Shula - 'Tôt ou tard le Monde changera' - acrylique et paillettes sur toile - 2014

Il y a également fort à parier qu'un satellite à l'effigie d'un roi-ancêtre évoluera sans fin au dessus de ce qui fut jadis le domaine des dieux et des esprits.

 

Monsengo Shla - 'Le Roi satellite' - acrylique et paillettes sur toile - 2012

 

oooOOOooo

 

Les deux dernières photos de cet article ont été prises à l'occasion d'une visite à l'exposition 'Beauté Congo' qui se tient actuellement à Paris à la Fondation Cartier pour l'art contemporain.

Une exposition vraiment jubilatoire.

Vous avez dit tribal ?? - visions d'artistes

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alezandro 05/09/2015 09:12

Un bel article qui montre beaucoup d'érudition en matière d'art! Les photos sont superbes!

Jean-François 05/09/2015 19:51

Comme dit la chanson, 'j'aurais aimé être un artiste' ! A défaut, je cours les expositions et je me crée un petit musée perso de photos d’œuvres que j'ai trouvées intéressantes. Merci Alezandro pour la visite.

Frieda 03/09/2015 16:17

Bonjour Jean-Francois
Tes articles toujours une merveille pour moi
Celui-ci me touche spécialement
J'ai une très belle histoire avec les masques
Celui qui impressionnait beaucoup enfant
Celui à double face, il sort le 1er janvier à l'aube
Toute la symbolique de l'année qui se termine et celle qui s'annonce
A toi de décider de la voir de face ou de dos...
Bisous et douce journée
Frieda

Jean-François 05/09/2015 00:20

Merci Frieda pour ta visite et ton gentil commentaire. Je ne connaissais pas le masque double face de la nouvelle année. Chez moi, on montait sur des chaises et, au douzième coup de minuit, on sautait dans l'année nouvelle ! Ton blog est toujours aussi chaleureux ... et savoureux. Un régal. Il me rappelle bien des souvenirs. Bon week-end à toi !.

eva 01/09/2015 14:34

ah mais ! je ne connaissais pas Coco Fronsac ! J'adore ! quelle trouvaille ! Et si les masques en Afrique ne dansent plus pour de vrai, l'imagination elle, continue de danser ! Heureusement ! et Man Ray ! quel photographe merveilleux ! Bonne fin de journée Jean-François et merci pour ce tour des masques à visage découvert... :-))

Frieda 05/09/2015 13:17

Bonjour Jean-François
Voici quelques liens qui expliquent certains de ces masques
http://www.barbier-mueller.ch/collections/afrique/masques-africains/article/masque-a-double-face
http://www.african-concept.com/blog-art-africain/index.php/2006/11/16/19-masque-heaume-au-double-visage-du-cameroun-dit-janus
Bon week-end et merci pour tes compliments
Frieda

Jean-François 01/09/2015 17:42

Bonsoir Eva, et bravo pour 'les masques à visage découvert' !! Concernant Coco Fronsac, j'ai vraiment flashé pour la 'Communiante'. Tu auras peut-être remarqué qu'elle tient à la main le catalogue Charles Ratton de l'exposition surréaliste d'objets trouvés, interprétés, mobiles et irrationnels de 1936. Quant au petit garçon de la photo suivante, il porte l'un des deux masques du célèbre tableau de Giorgio de Chirico. Le surréalisme n'est pas mort ! Pour ma part, j'ai un faible pour l'humour des artistes africains. Les masques faits avec de vieux bidons d'essence sont géniaux, et, au Mozambique, ravagé par des années de guerre civile, il y a un autre artiste qui crée des masques à partir de morceaux de ferraille ramassés sur des projectiles explosés. C'est beau, non ?

Présentation

  • : Mémoire de Rivages
  • Mémoire de Rivages
  • : Pourquoi ce blog? Pour ne pas oublier tous ces rivages, proches ou lointains, que j'ai connus, pour faire partager ces regards, ces visions, ces impressions fugaces, ces moments suspendus et qui ne se reproduiront plus, pour le plaisir de montrer des images et d'inventer des histoires, pour rêver tout simplement..
  • Contact

Profil

  • Jean-François
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..

Recherche

Catégories