Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 19:45

 

L'automne,après quelques hésitations, avait enfin déclaré ouvert son festival annuel, et la forêt, comme chaque année à cette occasion, avait déroulé le tapis rouge.

 

 

 

Profitant d'une belle journée ensoleillée, j'avais, sur un coup de tête, brusquement décidé de m'en aller faire une grande promenade dans les bois.

 

 

 

Le soleil, inhabituellement vigoureux pour la saison, s'ingéniait, par un insidieux jeu de cache-cache à perturber les sens du marcheur.

 

 

Tantôt il allongeait démesurément les ombres des arbres qui, par endroits, dessinaient sur le sentier les marches d'un escalier imaginaire.

 

 

Tantôt, il prenait un malin plaisir à surprendre dans leur intimité des effusions sylvestres qu'il révélait soudain par un éclairage indélicat.

 

 

 

Il pouvait, à certains moments, nimber le sous-bois d'une fine poussière bleutée pour glorifier l'instant d'après l'éphémère palette des teintes automnales.

 

 

 

Il pouvait encore, inexplicablement, s'attarder sur un infime détail de la végétation, qui prenait alors, sous le faisceau de lumière, un relief insoupçonné.

 

 

Tout en observant ces jeux du soleil et de la forêt, j'étais parvenu au bord d'un étang qui doublait obligeamment, tout en l'inversant, l'image des arbres qui s'y miraient.

 

 

C'est alors que je l'aperçus, juché sur un banc de bois qui faisait face au plan d'eau.

 

 

 

Un troll, sans aucun doute, un petit esprit des bois, aux grands yeux pétillant de malice, qui semblait trouver saugrenu de me rencontrer en ce lieu.

 

 

C'est plutôt rare de voir un troll. D'ordinaire ils se cachent dans les fourrés où ils sont généralement indécelables pour l'oeil humain.

 

 

Celui-là devait être bien fatigué d'avoir sauté à cloche-pied tout au long de la journée entre les ombres des grands arbres.

 

 

Comme il était d'humeur plutôt affable, il m'avoua que son plus grand plaisir à l'automne était de se coucher sur le tapis de feuilles multicolores qui, contrairement à ce qu'il advenait pour les lourds humains que nous sommes, ne craquaient jamais sous son poids.

 

 

Décidément en veine de confidences, il me révéla qu'il connaissait la cachette du génie de la forêt, un gnome d'aspect pourtant peu engageant que l'on entend parfois gémir lorsque la scie des bucherons entame le tronc des vieux chênes.

 

 

Il parla longtemps, et, à travers ses paroles, je comprenais que la forêt vivait  que les arbres communiquaient entre eux, que le vent parlait aux arbres lorsqu'une risée soudaine emplissait l'air d'un confetti de feuilles.

 

 

 

La forêt à présent me semblait différente et j'en étais là de mes réflexions quand je réalisai brusquement que le gentil troll avait disparu.et je me retrouvai donc seul sur le banc.

 

 

Au-dessus de ma tête, la dernière feuille d'un arbre retenait encore un temps le moment de choir, destin inéluctable d'une feuille à l'automne.

Bientôt il lui faudra lâcher prise. Si l'absence de vent l'y autorise, elle connaitra,pour un trop court instant, l'ivresse de l'apesanteur. Elle se balancera gentiment d'un côté d'abord puis de l'autre,avant d'effectuer l'ultime glissade vers le sol qu'elle accomplira à la manière d'un parachutiste professionnel pour s'immobiliser enfin, tournée vers l'arbre qui lui donna naissance.

 

 

oooOOOooo

 

 

Cette petite histoire est évidemment en totale inadéquation avec les événements terribles qui viennent tout juste d'ensanglanter Paris, mais peut-être que le spectacle apaisant de la nature, indifférente à la barbarie humaine, permettra au visiteur d'oublier un court instant l'effroyable dureté du monde dans lequel nous vivons.

C'est en tous cas le voeu que je formule.

 

 

 

Le Troll

Partager cet article

Repost 0

commentaires

midolu 24/11/2015 23:09

Bonsoir Jean-François, ou bonne nuit ...
Ici, dans cette forêt, je me retrouve comme chez moi, lors de ces balades et marches plus " sportives " dans notre belle forêt de chênes, hêtres, charmes, ... Que ce soit l'automne, le printemps, ou autre temps, elle offre de superbes tableaux, de la vie, mille vies, et des rencontres inédites, bien que je n'aie encore jamais trouvé un troll sur mon chemin ...
Allons en paix. Essayons ...
Amitiés, Jean-François.

Jean-François 25/11/2015 13:45

Ravi de retrouver une amie fidèle ! Les forêts de la région parisienne sont bien différentes des forêts profondes du Centre de la France et on y rencontre plus de promeneurs que de chevreuils ..Mais il est sans doute plus facile de s'y retrouver nez-à-nez avec un troll égaré !
Bonne journée Midolu.
Bien amicalement.

eva 19/11/2015 11:14

Heureux celui qui parle avec les trolls !... malgré tout... Et il a raison...

Jean-François 20/11/2015 13:05

Le spectacle de la nature en majesté est peut-être la meilleure antidote possible au terrorisme aveugle. Il y a encore et toujours de la beauté dans le monde qui peut nous donner la force de résister à la peur programmée que des fous meurtriers tentent d'imposer. Bonne journée Eva.

Présentation

  • : Mémoire de Rivages
  • Mémoire de Rivages
  • : Pourquoi ce blog? Pour ne pas oublier tous ces rivages, proches ou lointains, que j'ai connus, pour faire partager ces regards, ces visions, ces impressions fugaces, ces moments suspendus et qui ne se reproduiront plus, pour le plaisir de montrer des images et d'inventer des histoires, pour rêver tout simplement..
  • Contact

Profil

  • Jean-François
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..

Recherche

Catégories