Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 18:52

 

Nous voici donc de retour dans la Galerie Vivienne.

A l'endroit où, passées quelques marches, la Galerie bifurque à angle droit pour rejoindre la rue Vivienne, se trouve la vénérable Librairie Jousseaume - elle a l'âge de la Galerie - véritable mine d'or pour les amateurs de livres rares et éditions anciennes.

 

 

 

De l'extérieur, la vue plonge sur l'intimité feutrée d'une bibliothèque d'antan, tandis qu'en devanture, pour rester fidèle sans doute à l'esprit des lieux, l'astucieux libraire a mis en valeur, devinez quoi, l'Assassinat de la rue Saint-Roch, d'Alexandre Dumas !

 

 

 

Apposée bien en vue, une affiche évoque le bon temps des Maisons Closes, tandis que de mystérieux personnages hantent les vitrines, ajoutant ce zeste d'incongruité qui semble être la marque distinctive de cette Galerie décidément pas comme les autres.

 

 

 

 

Il vous vient alors le soupçon qu'il souffle ici un air délicieusement irrévérencieux.

Mais c'est en parvenant à l'extrêmité du passage, là où la grille d'accés dévoile d'un coup d'éventail ouvragé l'architecture à l'antique de la Bibliothèque Richelieu, que le doute cède le pas à la certitude.

 

 

Dans la vitrine donnant sur la rue de ce marchand d'estampes et d'objets de curiosité, un cataclysme livresque a déclenché un terrible éboulement et provoqué la chute d'une compagnie de cochons roses.

 

 

 

Côté Galerie, au milieu d'une profusion de globes terrestres évocateurs d'expéditions géographiques lointaines, une carte de la Méditerranée révèle que, projetée sous un angle inhabituel, Mare Nostrum peut revêtir l'aspect d'un gnôme inquiétant.

 

 

 

Voilà qu'à présent vous perdez pied. Soucieux d'en avoir le coeur net, vous retournez sur vos pas, bien décidé cette fois à vérifier si cette supposée irrévérence n'est que le fruit de votre imagination rendue fertile par l'intemporalité du lieu.  

A priori, tout semble parfaitement normal. Sur le seuil de la délicieuse boutique de jouets au nom évocateur 'Si tu veux', un ours débonnaire est en faction, comme à l'accoutumée. Il vous parait cependant qu'à l'intérieur deux étranges personnages chuchotent quelque chose à votre sujet.

 

 

 

Parvenu au fond de l'allée, vous tombez en arrêt devant la débauche de lumière ruisselant de cette devanture qui en clôt le parcours de façon si étincelante.

 

 

Votre curiosité vous pousse alors à jeter un oeil à la petite boutique qui la jouxte sur la gauche. Et voilà que, ô stupeur, vous vous retrouvez soudainement confronté à la représentation édifiante des vices cachés de la bourgeoisie 19ème.

 

 

Voyez cette malle, qui semble tout juste exhumée du grenier de grand-mère, emplie de délicats portraits d'ancêtres dont l'existence vous était jusqu'alors inconnue. En approchant, vous découvrez avec horreur que cette innocente jeune femme porte le masque d'Hannibal Lecter dans le Silence des Agneaux. Son facétieux créateur a d'ailleurs intitulé le tableau 'Annie Bal'.

 

 

Cette boutique est l'atelier de Blase, le peintre hacker. Il restaure, avec minutie et talent, des tableaux anciens souvent fort endommagés, mais en prenant bien soin d'y ajouter un détail incongru, piquant et iconoclaste de son inspiration. C'est ainsi que ce digne notable municipal dont le portrait trône dans sa vitrine a désormais les traits de ... Coluche !    

 

 

L'irrévérence est flagrante et nul autre que ce lieu chargé d'histoire, qui abrita Vidocq, ne semble plus approprié à de tels dévoiements.

En face, dans l'annexe de la librairie Jousseaume, des poissons étranges évoluent dans la lumière d'aquarium diffusée par la verrière.

 

 

Vous en êtes à présent convaincu, cette Galerie est bien singulière et vous vous demandez avec appréhension comment va se dérouler votre retour dans le reel lorsque le charme sera rompu et qu'il vous faudra reprendre contact avec le tohu bohu extérieur.

 

 

Un sapin rouge a poussé au beau milieu de la rotonde et, dans les vitrines, il y a toujours de drôles de personnages qui vous dévisagent effrontément.. 

 

 

Retardant encore un peu le moment de fouler le trottoir de la ville, vous vous accordez une pause et décidez de savourer un café liégeois bien crémeux dans un café qui a dû voir défiler tant de gens et de modes.

 

 

Votre esprit voyage...

Dehors, près de la sortie rue de la Banque, une plaque rappelle que le navigateur Antoine de Bougainville a vécu là ses derniers instants. A l'opposé, rue Vivienne, une autre plaque mentionne que Simon Bolivar, le Libertador, habita là quelque temps.

Voyages...Voyages...

 

 

oooOOOooo

 

 

(les photos de ces deux articles sont toutes de l'auteur).

Le Charme troublant de la Galerie Vivienne (2)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

midolu 18/12/2015 20:54

Ces deux articles me plongent dans un univers attirant et à la fois un peu inquiétant, plaisir et frissons vont souvent ensemble ! Cette galerie mérite le détour et je l'ai appréciée autant par ses charmes que par la finesse et l'élégance de l'auteur des deux articles. Merci, Jean-François ! Passe de très agréables moments et de bonnes fêtes.

Jean-François 19/12/2015 14:50

Merci Midolu pour le trop gentil commentaire. Beaucoup de gens s'arrêtent au côté charme suranné de la Galerie. Pour ma part, j'en ai peut-être trop ressenti - ou imaginé - le côté, disons, étrange. C'est en tous cas un lieu 'à part' et très attachant. Je te souhaite de passer de très agréables fêtes dans ta jolie province où les galeries sont plutôt .. forestières;:-)

eva 18/12/2015 10:26

...je ne suis pas déçue ! C'est une vraie merveille : ces libraires et ces boutiques d'objets rares et précieux... Beaucoup de charme la Galerie Vivienne ! Joyeuses fêtes Jean-François :-))

Jean-François 18/12/2015 16:53

Merci Eva. Cette plongée dans l'insolite et l'intemporel de la Galerie Vivienne est toujours réconfortante. On s'y sent baigné dans une atmosphère singulière... et un brin iconoclaste. A toi aussi je souhaite de très heureuses fêtes.. et de grandes envolées poétiques pour l'Année qui approche.. mais pour cela je n'ai pas la moindre inquiétude (lazuli mis à part bien sûr :-))))

Présentation

  • : Mémoire de Rivages
  • Mémoire de Rivages
  • : Pourquoi ce blog? Pour ne pas oublier tous ces rivages, proches ou lointains, que j'ai connus, pour faire partager ces regards, ces visions, ces impressions fugaces, ces moments suspendus et qui ne se reproduiront plus, pour le plaisir de montrer des images et d'inventer des histoires, pour rêver tout simplement..
  • Contact

Profil

  • Jean-François
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..

Recherche

Catégories