Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 17:45

 

Chaque année, traditionnellement en Juin et en Décembre, les grandes maisons de ventes aux enchères ayant pignon sur rue à Paris organisent des ventes de prestige de cet art qu'il est souvent convenu d'appeler tribal.

Sous ce vocable sont rassemblées des productions artistiques qu'à l'aube du 20ème siècle on désignait encore ignominieusement sous la dénomination d'art nègre et qui, au fil du temps, devinrent art primitif puis art tribal, avant d'être qualifiées, de façon plus ou moins égocentrique, d'art non-européen, ou bien extra-occidental, ou encore, plus généralement, d'arts lointains.. lointains par rapport à nous bien sûr...

La tendance est désormais en faveur d'une dénomination tenant compte de l'origine géographique des objets : art africain, art océanien, art amérindien etc. ce qui est tout de même plus approprié et convenable.

Les expositions publiques, qui ont lieu dans les quelques jours précédant les ventes, sont l'occasion pour le commun des mortels de franchir le seuil de ces respectables institutions et de venir fixer dans le blanc des yeux ces statues et ces fétiches qu'à l'origine ne pouvaient contempler, avec crainte et respect, que les rares initiés ayant accès à l'enclos sacré où ils étaient jalousement conservés.

 

 

 

 

On ne peut s"empêcher de penser, en regardant ces objets, que ce sont en fait, eux, qui nous regardent.

Habitués à la pénombre des maisons cérémonielles, les voila placés sur des piedestals, dans la lumière crue des projecteurs. Les visiteurs les examinent, de face, de dos, de profil. Cela rappelle vaguement, toutes proportions gardées, les marchés aux esclaves de triste mémoire.

Pour un peu, on leur demanderait de tirer la langue et on examinerait leur dentition...

 

 

.

 

Ils détenaient des pouvoirs magiques. Ils représentaient les ancêtres et leur permettaient de ne plus errer sans fin dans l'autre monde.

Les masques dansaient et régulaient la vie sociale de la communauté. Les voici devenus objets de vitrine..

Les statues ne quittaient pas le village et les voici devenues 'frequent travellers', habituées des vols inter-continentaux, traversant les océans d'une exposition à une autre, d'une salle des ventes à une autre, de musées en galeries et en collections particulières, achetées, vendues, exposées, prêtées, échangées, à un rythme souvent infernal.

Il y a de quoi, reconnaissez-le, avoir l'air un peu étonné de se trouver là.

 

 

 

 

Au pied des objets, des cartons indiquent leur provenance et donnent leurs mensurations. 

Au cours des ans, ces cartons n'ont cessé de gagner à la fois en hauteur et en largeur.

En hauteur, parce que la liste des possesseurs successifs des objets s'allonge au fil du temps : collection de M. et Mme X., collection du baron Y, collection de son excellence Z... Une garantie d'authenticité en fait car plus un 'pedigree' sera imposant et plus les chances seront grandes d'avoir affaire à un objet ancien, peut-être même d'origine 'pré-contact' comme on dit gracieusement pour signifier que l'intrusion blanche n'avait pas encore pollué les rites ancestraux autochtones. Les faussaires sont si habiles !

En largeur, parce qu'à des estimations à six chiffres, il arrive que se substituent des enchères à sept chiffres pour les objets de prestige dont certains ont connu l'atelier de Picasso ou vécu un temps sur le bureau d'un écrivain célèbre.

Et dire que les plus anciens d'entre ces objets ont peut-être été acquis à l'origine en échange d'un lot de verroterie de bazar ou d'une herminette en fer et quelques cartouches !!

 

 

 

 

Rescapés, pour les plus vénérables, des autodafés missionnaires, les voici à présent condamnés à brûler au feu des enchères. .

La competition sera féroce pour l'acquisition de ces nobles témoins d'un passé révolu.

Lorsque le marteau du commissaire-priseur concluera une lutte homérique entre de mystérieux enchérisseurs au téléphone, l'assistance fascinée applaudira à l'annonce du montant sidéral qui permettra à l'objet-phare de la vente de rejoindre la collection d'un amateur fortuné à Kansas City, Londres ou Genève. 

 

 

 

 

N'allez pas croire cependant qu'une fois la vente terminée vous ne reverrez plus cette superbe statuette que vous admiriez tant, car il y a de fortes chances qu'elle réapparaisse à l'occasion d'expositions aux quatre coins du globe.

Le démon de la spéculation étant un vil tentateur, il y a également de fortes probabilités pour que la dite statuette reprenne l'avion pour se frotter à nouveau au feu brûlant des enchères.

Le pedigree sur le carton explicatif mentionnera alors un nouveau possesseur et le prix estimatif sera quelque peu 'ajusté'...

 

 

 

 

 

Telle est la folle vie de ces chefs-d'oeuvre qui n'avaient pas été conçus comme art mais dont les qualités artistiques ont tardivement été reconnues et admirées.

On doit humblement admettre que l'on ignore parfois quelle en était la fonction précise mais un fait demeure : ils sont toujours indéniablement habités et une force singulière s'en dégage.

 

 

 

 

Ils poursuivront leur course à travers le monde, indifférents à l'agitation financière que leur commerce fait naître

Les musées eux-mêmes ne constitueront peut-être pour eux qu'un havre temporaire, car les musées aussi achètent, vendent, prêtent et échangent.

Ils continueront à nous observer de leurs yeux miroirs. Parfois, au contraire, leurs yeux mi-clos nous feront comprendre qu'ils ont accès à un monde dont nous sommes à jamais exclus.

 

 

.

 

 

oooOOOooo

 

 

 

(Toutes les photos ont été prises par l'auteur à l'occasion d'expositions publiques chez Christie's, Sotheby's et Artcurial, Paris)

 

Chères enchères

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Thaddée 30/07/2016 08:32

Elles ont touchantes ces statues, sauf peut-être les premières qui ont ma foi un regard impressionnant ! Elles ont toutes lisses, toutes douces, très humaines, et certaines sont attendrissantes de peur leur gestuelle et/ou leur expression. Moi je ne pourrais pas acheter l'une d'entre elles : il me les faudrait toutes !

Jean-François 30/07/2016 19:26

C'est le problème des collectionneurs. Comment s'arrêter. Mais il faut reconnaître que dans ces ventes le niveau des prix est tel que, même en rêve, le commun des mortels ne peut concevoir la possession du plus petit de ces objets. Il reste le plaisir de contempler ces œuvres conçues parfois il y a plus d'une centaine d'années dans l'ombre étouffante d'une case misérable, avec des instruments d'un autre temps, et se dire qu'au moins on a devant les yeux - même si parfois, là aussi, des faux peuvent s'infiltrer - des objets porteurs d'âme, bien différents du toc 'ethnique' des bazars d'aéroports ...

danielle 06/07/2016 22:36

tout est dit, et bien dit.

Jean-François 13/07/2016 00:52

Oui Danielle, ces ventes ont un côté choquant et on se sent bien petit dans ces temples de l'argent que sont les grandes maisons de ventes. Alors, il reste le plaisir de côtoyer des objets magnifiques avant qu'ils ne s'envolent vers le bureau cossu d'un riche collectionneur ... ou ne réapparaissent quelques mois plus tard avant de s'envoler à nouveau pour s'exhiber à la devanture d'une célèbre galerie.

JACQUELINE 05/07/2016 23:21

Jolicoup de gueule quejepartage entièrement. Laseule consolation quel'on peut avoir àcette dérive spéculative est que ces objets symboles demeureront lorsque leurs propriétaires friqués auront rendu l'ame! Leur pouvoir restera à jamais devant la poussière que nous sommes.

Jean-François 13/07/2016 00:44

Bonsoir Jacqueline. Quelle fougue ! En fait, comme dans toutes choses, il convient de nuancer un peu. Il y a des amateurs fortunés qui ont une véritable passion pour ces objets et qui peuvent léguer leur entière collection à un musée si leurs héritiers ne montrent pas le même enthousiasme. D'autre part, beaucoup de ces objets en bois, s'ils étaient restés dans leur pays d'origine, auraient souffert du climat tropical humide et fait le délice des insectes xylophages (car souvent abandonnés après usage). Il n'en reste pas moins que l'aspect spéculatif de ces ventes est terriblement choquant. Les commissaires-priseurs "poussent" les enchères (commissions à 25%) et l'Etat y trouve son compte avec une TVA à 20% qui explique d'ailleurs pourquoi beaucoup d'objets s'envolent vers l'étranger.. Alors, il reste le plaisir d'approcher ces chefs-d'oeuvre... et de les photographier !!

Nicole 05/07/2016 18:48

Magnifique billet ! Au-delà des parures, des coiffures, je les trouve superbement humains. Rarement statues expriment une telle variété de sentiments. Un choix superbe et une découverte pour qui ne fréquente pas les salles des ventes... Merci Jean-François, bonne soirée.

Jean-François 13/07/2016 00:25

Merci Nicole pour ta visite. Les expositions préalables aux ventes (c'est aussi valable à Drouot) sont l'occasion de se promener au milieu de merveilles comme si on visitait plusieurs musées à la fois.C'est valable dans toutes les spécialités et c'est fascinant et enrichissant si l'on veut bien oublier le côté spéculatif de ces temples de l'argent. Lorsqu'on peut approcher comme ici des objets de grande qualité, c'est un grand plaisir et, comme on dit dans le jargon du milieu, 'ça forme l’œil' et permet de voir les 'objets d'aéroport' sous un autre angle... Bonne soirée.

eva 04/07/2016 11:07

Bravo ! photos magnifiques ! félicitations !
"On doit humblement admettre que l'on ignore parfois quelle en était la fonction précise mais un fait demeure : ils sont toujours indéniablement habités et une force singulière s'en dégage."
La fonction est de l'ordre de la Magie. Avant les religions, l'être humain avait inventé les mythologies, qui ont été précédées des magies, de l'animisme... Toutes ces pratiques et inventions n'ont qu'un seul but : la dissuasion du désir de liberté... et "la force singulière qui s'en dégage" n'est qu'une injonction à se laisser dominer par le plus fort de la communauté (prêtre, chaman, sorcier, chef de la tribu...) Bon lundi Jean-François, et merci toujours pour ces belles photos !

Jean-François 13/07/2016 00:13

Merci Eva pour ton commentaire. Je ne suis pas sûr de te suivre dans ton raisonnement concernant la dissuasion du désir de liberté, qui ne pourrait s'appliquer qu'à un petit nombre d'objets très particuliers. La plupart de ceux sélectionnés dans mon article sont en fait des régulateurs de vie sociale, portraits d'ancêtres ou de personnages royaux, masques utilisés dans les cérémonies d'initiation et de passage à l'âge adulte, statuettes symboles de fertilité ou à but thérapeutique etc..Ce sont surtout d'extraordinaires créations artistiques quand on songe aux conditions et avec quels instruments elles ont été réalisées. Les objets à vocation "magique" n'ont pas cette qualité. C'est une chance en tous cas de pouvoir approcher des objets rares que bien des musées n'ont pas les moyens d'acquérir ! Bonne soirée estivale.

Présentation

  • : Mémoire de Rivages
  • Mémoire de Rivages
  • : Pourquoi ce blog? Pour ne pas oublier tous ces rivages, proches ou lointains, que j'ai connus, pour faire partager ces regards, ces visions, ces impressions fugaces, ces moments suspendus et qui ne se reproduiront plus, pour le plaisir de montrer des images et d'inventer des histoires, pour rêver tout simplement..
  • Contact

Profil

  • Jean-François
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..

Recherche

Catégories