Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 23:10

Non, l'Australie n'est pas qu'un vaste désert brûlant où gambadent en liberté des marsupiaux sauteurs. Cet immense état-continent qui contiendrait l'Europe entière, de Manchester à Athènes et de Lisbonne à Gdansk, offre aussi une grande variété de paysages sublimes, fort éloignés du cliché habituel d'étendues arides et rougeâtres.

A la pointe Sud-Est de cette île gigantesque, au-delà de laquelle, passée la Tasmanie et les 40èmes rugissants, il n'y a plus que les 50èmes hurlants et au-delà encore l'Antarctique - tout un programme -, la route B100, plus connue sous le nom de 'Great Ocean Route' déroule ses vertigineux lacets.

 

Map bis

 

Dans l'état de Victoria, entre Melbourne et Adelaide, cette route spectaculaire, ô combien touristique, serpente sur un peu plus de 300 km - une tête d'épingle à l'échelle australienne - depuis Torquay, la capitale du surf, jusqu'à Port Fairy, à l'extrémité de la bien nommée Côte des Naufrages.

 

great-ocean-road-map

 

Sa construction commença en 1919, tout juste après la Ière Guerre Mondiale, moyen commode pour redonner le goût du travail aux vétérans de retour de la grande boucherie européenne, qui avaient connu l'enfer des tranchées à 13.000 km du bush qui les avait vu naître. Comme ils risquaient de se sentir un peu dépaysés en retrouvant leur 'Home sweet Home' à l'autre bout de la terre, on trouva ce moyen ingénieux pour assurer le plein emploi et ouvrir une voie d'accès côtière à cette superbe région. Ils creusèrent donc à nouveau, cette fois dans la roche, littéralement avec pelle, pioche et brouette, jusqu'à ce qu'un début de mécanisation ne vienne soulager leur labeur inhumain. Cela dura 14 ans, jusqu'en 1932.

 

Océanie 3 047

 

A l'entrée de la route, un monument rend hommage au travail titanesque de ces héroïques travailleurs.

Pour parcourir aujourd'hui la Great Ocean Route en voiture, il vaut mieux être passager, car la constante attention requise par les multiples virages de ce superbe ouvrage risque fort de faire perdre au conducteur la vision furtive d'échappées à couper le souffle sur l'océan - surtout d'ailleurs lorsqu'un vent tempétueux s'invite au spectacle.

 

Océanie 3 098

 

Des plages de rêve isolées incitent à la baignade, mais que l'on ne s'y trompe pas, la mer ici est cruelle et les courants redoutables. Si, dans les charmantes bourgades traversées, les multiples boutiques spécialisées offrent au surfeur aguerri une tentante panoplie d'équipement high tech, il serait bien risqué de se livrer à de grisantes glissades hors des zones surveillées. L'imprudent qui passerait outre à ces sages conseils s'exposerait à ne jamais plus connaître les 'happy hours' du Ba Ba Lu Bar de Lorne !

 

Océanie 3 086

 

L'Australie, c'est bien connu, est le pays des records. Non seulement elle s'offre l'insigne honneur d'héberger sur son territoire la quasi totalité des espèces animales les plus incroyablement dangereuses et venimeuses de la planète, elle est aussi le seul pays au monde à avoir perdu un Premier Ministre en exercice, Harold Holt, qui, un beau jour de Décembre 1967, décida d'aller piquer une tête dans l'océan. Cela s'est passé un peu au sud de Melbourne, dans la péninsule de Mornington, un endroit connu pour la traîtrise de ses courants. Il disparut soudain sous les yeux des gens qui l'accompagnaient, et son corps, croyez-le ou pas, n'a jamais été retrouvé !!

 

Océanie 3 044

 

Mais laissons là ce funeste épisode. Comme la route est longue sur la Great Ocean Route, des toilettes publiques, havres salutaires, sont disposées à des endroits stratégiques d'où l'on peut se détendre en contemplant la grandeur de la nature environnante. Elles sont généralement décorées de thèmes marins, exécutés dans un style évocateur des peintures aborigènes.

 

Océanie 3 045

 

A ce propos, l'américain Bill Bryson, dans son délicieux et très humoristique ouvrage 'Nos voisins du dessous - Chroniques australiennes' (Petite bibliothèque Payot), rappelle qu'autrefois, dans la région, résidaient quatre groupes aborigènes répondant aux doux noms de Gulidjan, Gabudamud, Giraiwurung et Gunditjmara.

 

Océanie 3 066

 

Ils vivaient à n'en pas douter, en parfaite harmonie avec la nature, partagés entre le rivage et la merveilleuse forêt pluviale d'Otway, censée abriter les plus vénérables eucalyptus de toute l'Australie - encore un record !

Aborder toutefois ici la question aborigène, c'est un peu comme danser le hip hop dans la vitrine d'un antiquaire en porcelaine chinoise, le sujet est délicat et le mieux est encore de l'éviter.

 

Océanie 3 075

 

Étape incontournable de toute virée sur la Great Ocean Route, voici enfin les fameux 12 Apôtres, .aiguilles rocheuses témoins de la lutte éternelle et inégale que se livrent depuis la nuit des temps la mer et la terre. Sous les coups de butoir des vagues - une toutes les 14 secondes déclare doctement un panneau explicatif - associées aux vents et aux embruns salés, le calcaire friable recule et les roches plus dures se retrouvent isolées en mer, sentinelles avancées de ce qui fut jadis une arrogante falaise et qui s'incurve à présent en un ruban continu de sensuelles ondulations.

 

Océanie 3 078

 

Mais, direz-vous, au risque de vous tordre le cou, ces Apôtres ne sont pas douze. Même en incluant les petits pâtés rocheux, à demi émergés, vestiges d'anciens blocs importants, on arrive à grand peine à compter sept ou huit formations.

 

Océanie 3 085

 

Et pas question d'incorporer dans le décompte les deux îlots situés côté Est, ceux-là se nomment 'Gog' et 'Magog'.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, ces aiguilles, merveilles de la nature, étaient autrefois désignées sous l'élégant vocable de 'La Truie et ses cochonnets', un peu comme si la place de la Concorde s'appelait place de l'Abattoir (quoi que..). Ce n'est que dans les années 60 que l'on réalisa qu'il serait peut-être judicieux pour attirer plus de touristes sur ce site remarquable, de lui donner un nom plus digne. C'est ainsi que les Apôtres virent le jour, et comme il y a 12 Apôtres, les pitons rocheux devinrent douze. Tout simplement.

 

Océanie 3 080

 

Quoi qu'il en soit, le spectacle est grandiose, quel que soit le temps, et laisse une impression inoubliable.

Au delà, c'est la Loch Ard Gorge, du nom du plus célèbre naufrage survenu sur cette côte, en 1878. Il faut dire qu'entre Cape Otway et Port Fairy, sur 120 km, 80 naufrages eurent lieu en quarante ans dans ces eaux traîtresses, 200 en un siècle ! On pourrait imaginer le spectacle de désolation qui s'offrirait à nos yeux si la mer d'un coup venait à se retirer.

 

P1070847

 

Le Loch Ard était un clipper qui arrivait d'Angleterre avec à son bord 37 membres d'équipage et 19 passagers, trop heureux, après une éprouvante et interminable traversée, de toucher enfin terre dans ce nouvel Eldorado où la fièvre de l'or battait son plein. Cruelle destinée qui vit le navire sombrer corps et biens si près du but, trompé sans doute par le brouillard et les courants près d'un îlot au nom curieux de Muttonbird Island. Il n'y eut que deux survivants, un élève officier du nom de Tom Pearce et une passagère, qui s'appelait Eva Carmichael.

 

Océanie 3 087 (1)

 

Tom, bon nageur, réussit à gagner le rivage. Eva, qui ne savait pas nager, s'agrippa à un débris flottant. Les vagues l'aurait projetée sur les rochers sans l'intervention de Tom qui l'aida à atteindre un abri. Au petit matin, Tom parvint à escalader la falaise et à donner l'alerte, mais les sauveteurs ne purent que constater la disparition des autres occupants du bateau. Tom et Eva avaient tous deux 19 ans. Que pensez-vous qu'il advint ? Eh bien, vous avez tout faux. Eva s'en retourna tout bonnement en Irlande au grand dam des médias de l'époque. Il est permis de supposer qu'elle y débarqua cette fois sans encombre.

On ne compte plus aujourd'hui dans la région les commerces et les boutiques en tous genres qui portent soit le nom de Loch Ard soit celui des 12 Apôtres.

 

Océanie 3 082

 

En poursuivant la route vers l'Ouest, on passe encore un site remarquable où, sous l'action des vagues, des arches se sont creusées au pied des rochers, fragilisant ces derniers jusqu'à compromettre leur équilibre. En Juillet 2005, un "apôtre" de 75 mètres s'est effondré d'un coup, provoquant un joli jaillissement d'écume.

 

australie-great-ocean-road-london-bridge

 

Mais la plus célèbre de ces arches était sans conteste le 'London Bridge', une arche d'une belle envolée reliant les deux blocs rocheux que l'on voit sur la photo. Un beau jour de Janvier 1990, l'arche céda brusquement et précipita dans la mer des tonnes de débris. Le plus drôle est que cela survint juste après le passage de deux touristes, qui se retrouvèrent, ahuris et en état de choc mais indemnes, à l'extrémité de ce qui avait été un promontoire et n'était plus à cet instant que la dernière née des îles de la planète Terre. Ils furent secourus par hélicoptère et purent rapporter chez eux un inoubliable souvenir de vacances.

 

Océanie 3 094

 

Autre curiosité remarquable, la 'Lame de Rasoir', fantomatique rocher, effilé comme un couteau, sculpté et poli par le vent et les embruns, sapé à sa base par les vagues (rappelez-vous, une toutes les 14 secondes..). Ses flancs laissent déjà apparaître les failles insidieuses par lesquelles son déclin inexorable est écrit dans le temps. Lui aussi s'effondrera d'un coup ou petit à petit, dans dix ans, dans vingt ans,ou  dans un siècle.

Séparé de cet immense continent par la furie des tempêtes, il est à l'image de cette côte, spectaculaire et fragile.

 

Océanie 3 096

 

Quand la lumière décroît sur le 'London Bridge', ou par temps de brouillard, on croit parfois apercevoir, à la pointe de l'îlot, une forme humaine accroupie qui contemple l'immensité de l'océan. Un aborigène sans doute, peut-être un  Gulidjan, peut-être un Gabudamud. Il est comme ce rocher, séparé à jamais de la terre qui fut celle de ses ancêtres. Il revit un passé que les hommes blancs n'ont pas connu.

 

oooOOOooo

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article

commentaires

midolu 31/01/2012 19:40

Bien que sur une hauteur, on se sent tout petit ... Avec le mouvement des vagues, et le bruit, le spectacle doit être encore plus impressionnant.
C'est grandiose !
Jean-François, je m'émerveille devant ces paysages et je te remercie pour tous les partages offerts et les informations auxquelles tu ne manques pas d'ajouter humour et émotion.
Précision : j'ai suivi ton conseil et me suis installée à la place (virtuelle) du passager ...
Amicalement

Jean-François 31/01/2012 23:13



Bonsoir Midolu,


Je suis ravi que cette balade à l'autre bout de la terre ait pu plaire à une aussi fidèle passagère. Il est vrai que le spectacle des 12 Apôtres reste extraordinaire, même s'il attire un nombre
toujours plus grand de touristes. Il y a tant de belles choses à voir de par le monde que plusieurs vies n'y suffiraient pas. Il faut donc savoir profiter au maximum des quelques merveilles de la
nature que l'on a la chance de pouvoir contempler.


Amitiés.



Présentation

  • : Mémoire de Rivages
  • Mémoire de Rivages
  • : Pourquoi ce blog? Pour ne pas oublier tous ces rivages, proches ou lointains, que j'ai connus, pour faire partager ces regards, ces visions, ces impressions fugaces, ces moments suspendus et qui ne se reproduiront plus, pour le plaisir de montrer des images et d'inventer des histoires, pour rêver tout simplement..
  • Contact

Profil

  • Jean-François
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..

Recherche

Catégories