Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 18:20

Tout a commencé par un matin brumeux.

 

P1020704

 

On ne distinguait en premier plan qu'une fine dentelle de feuilles dessinée par la végétation tropicale. Je sentais pourtant qu'ils étaient là, invisibles dans le brouillard épais.

 

P1020158

 

Doucement, le voile a commencé à se dissoudre et le premier d'entre eux est apparu, semblable à un fantôme bleuté..

 

P1020633

 

Puis, tel un rideau de scène, l'horizon s'est élargi d'un coup dévoilant la petite ville de Yangshuo sertie dans son écrin de géants opalescents qui donnaient curieusement l'impression de veiller sur elle.

 

P1020637

 

Colosses débonnaires émergeant de la brume, ils semblaient considérer avec une affection curieuse ces fourmis humaines s'agitant à leurs pieds dans la petite ville cernée de toutes parts par ces sentinelles de pierre.

 

P1020613

 

Village devenu ville, Yangshuo s''étire paresseusement le long de la jolie rivière Li, dans cette région du Guangxi, dans le sud-ouest de la Chine, rendue mondialement célèbre par l'étrange beauté de ses paysages.

 

P1020536

 

Où que l'on se trouve en ville ou dans les environs, il n'est pas un endroit où l'horizon ne révèle la présence attentive des géants bleutés aux formes irréelles.

 

P1020562

 

P1020655

 

Dans le centre ville même, ils ne rechignent pas à l'occasion à se mirer dans l'eau d'un canal.

 

P1020527

 

P1020534

 

Lorsque l'invasion touristique devient par trop flagrante, on peut cependant percevoir en y prêtant attention, un certain agacement de leur part.

 

P1020574

 

Le doigt pointé de l'un de ces colosses pourrait-il être interprété comme un avertissement ?

 

P1020599

 

Nés il y a quelques 200 millions d'années de la grande convulsion himalayenne et souvent désignés sous le vocable de 'pains de sucre', ce sont en réalité des karst. Entre soulèvements et affleurements, l'intense érosion des roches en climat subtropical humide à fortes pluies de mousson a entraîné la dissolution des calcaires et créé ces paysages fantomatiques de tours et de cônes, de buttes arrondies et de pitons aux versants acérés et aux pentes improbables.

 

P1020250

 

P1020240

 

Une relation d'affection a très tôt lié ces témoins de la frénésie géologique aux habitants de cette région restée longtemps isolée. Il n'en est pour preuve que les noms évocateurs attribués aux plus belles formations bordant la rivière : Grand -Père regardant une Pomme, le Lion montant la colline des Cind Doigts, les Huit Surnaturels traversant la rivière, le Lion qui regarde la colline de la Fresque des Neuf Chevaux etc.. etc..

 

P1020269

 

Il faut croire que, flattés par ces désignations avantageuses, les karst ont décidé en retour d'offrir à leurs admirateurs un spectacle grandiose. Lorsque le temps est clair, ils dévoilent au crépuscule une envoûtante féerie.

 

P1020206

 

P1020328

 

P1020318

 

P1020337

 

P1020349

 

P1020396

 

Yangshuo s'endort alors dans la magie de couchers de soleil fulgurants.

 

P1020450

 

P1020462

 

La nuit venue, les karst renaîtront une fois encore à la lumière, cette fois artificielle, du féérique spectacle évoquant la fuite en radeau sur la rivière de la chanteuse Liu Sanjie.

 

P1020469

 

Dans la fantasmagorie des projecteurs et des fumigènes, la lune semblera se poser sur le miroir des eaux.

 

P1020487

 

Le lendemain, les rives de la Li retrouveront leur agitation coutumière.

 

P1020522

 

Avant de regagner leurs mégapoles bétonnées et trépidantes,  les jeunes couples en week-end dans la Chine profonde contempleront une dernière fois ce paysage magique si éloigné des complexes urbains tentaculaires, chaotiques et pollués dans lesquels ils vivent.

 

P1020674

 

oooOOOooo

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 15:15

Marchés d'ailleurs' , 'marchands de couleurs', la rime est bien sûr tentante, car pour  le photographe avide de sensations chromatiques les marchés exotiques sont une bénédiction.

 

465

 

Au rayon alimentation, les fruits et légumes tropicaux sont alignés pour une parade aussi colorée qu'éphémère.

 

P1020309 (19)

 

P1020309 (25)-copie-1

 

P1020309 (24)

 

Ils ont des noms qui font rêver, caramboles, corossols, sapotilles, papayes, goyaves, jujubes, mangoustans et autres ramboutans, sans parler des fruits du dragon qui ressemblent au toit des pagodes chinoises ou des jacquiers dont la peau n'est pas sans rappeler la carapace des dinosaures.

 

P1020309 (26)

 

P1020309 (43)

 

Les légumes quant à eux ne sont pas en reste; qui rivalisent de couleurs acides propres à faire saliver le chaland.

 

P1020309 (13)

 

P1020309 (37)

 

P1020309(6)

 

Nul besoin de préciser que du côté des épices, poudres et condiments divers, couleur et saveur se mêlent en un enivrant et étourdissant tourbillon.

 

P1020309 (41)

 

P1020309 (7)

 

P1020309 (5)

 

L'infinie variété des pharmacopées locales ne laisse pas de surprendre et on se perd souvent en conjectures sur la nature et l'utilisation de plantes aux formes improbables.

 

P1020309 (23)

 

Mais c'est peut-être dans le marché aux poissons que la couleur émeut, là où de splendides specimens de la faune coralienne jettent leurs derniers feux dans une agonie multicolore.

 

P1080753

 

P1020307

 

P1080754

 

P1080755

 

Il ne faudrait cependant pas croire que seul, le secteur alimentation détient le monopole de la couleur. Les textiles aussi participent à la fête et il suffit de contempler les amoncellements de laines et tissus en tous genres pour constater que la couleur est ici encore la reine des étals.

 

P1000495

 

P1020309 (39)

 

P1000502

 

Il n"est pas jusqu'aux chapeaux, les fameux panamas, qui obéissent à la règle et se parent d'une palette à rendre jaloux le peintre le plus inspiré.

 

777

 

Que dire alors des petits sujets en balsa si prisés des touristes ?

 

P1000594

 

P1000598

 

Grisés par cette explosion colorée, nous en arriverions presque à oublier les gens qui, marchands ou acheteurs, sont l'âme de ces lieux d'échange. Ce sont eux qui donnent vie à ces marchés que nous qualifions volontiers de 'typiques' ou d'exotiques'. Alors, pourquoi ne pas leur rendre un petit peu hommage ?

 

Market 2

 

P1000498

 

P1020711(2)

 

P1050470

 

P1050373

 

P1050557(1)

 

Market 3

 

471

 

Child of Lombok

 

P1050466

 

Et peut-être qu'un jour, dans le dédale des allées, au beau milieu de la foule, étourdi de bruit, de chaleur, d'odeurs, d'impressions fugaces et de sons inconnus, il vous arrivera, ne serait-ce qu'un infime instant, de croiser, dans un rai de lumière, un regard qui ravivera pour vous à jamais le souvenir de ces lieux fascinants.

 

P1020303

 

oooOOOooo

 

Dans leur grande majorité ces photos ont été prises sur des marchés de Thaïlande. Les autres photos concernent des marchés de Birmanie, du Laos, de Lombok et d'Equateur. Les photos de poissons ont été prises sur le marché d'Apia, aux Samoa Occidentales.

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 19:25

Dans les hauteurs de l'île d'Isabela, aux Galapagos, si l'on emprunte le petit chemin forestier qui mène à l'enclos des tortues géantes, on est forcément amené à remarquer qu'à certains endroits, des bancs ont été disposés, qui semblent adresser au passant un clin d'oeil complice, l'invitant à souffler un peu, surtout lorsque le soleil de l'après-midi cogne avec vigueur.

 

P1010292

 

Voilà une bien charmante attention direz-vous. Oui, mais, car il y a un mais, ces bancs ont été installés au beau milieu de bosquets serrés d'un bel arbre des rivages marins de la Caraîbe et de l'Amérique latine, le mancenillier, au feuillage toujours vert, dont les fruits, abondants, ressemblent à de petites pommes d'un jaune-verdâtre.

 

P1010315

 

Et alors, penserez-vous, l'intention n'est-elle pas louable de disposer ces bancs sous des ombrages accueillants et protecteurs ?

 

P1010314

 

Hélas, trois fois hélas, sachez que le mancenillier est un véritable condensé de poison. Tout en lui est infiniment vénéneux. Depuis la pointe des racines jusqu'à l'extrémité des feuilles, tout, le tronc, l'écorce, la sève, les feuilles, tout est incroyablement toxique. On le nomme quelquefois figuier vénéneux. Au Vénézuela, on l'appelle arbol de la muerte, c'est tout dire. Aux Antilles, on peint en rouge une tête de mort sur son tronc gris pour avertir le promeneur distrait et les indiens caraïbes utilisaient dit-on sa sève comme poison de flèches et de pêche.

 

P1010313

 

Un simple contact avec n'importe quelle partie de la plante provoque une grave inflammation de la peau et une conjonctivite intense. Aux Antilles encore, la légende dit même qu'on ne saurait rester sous l'ombre d'un mancenillier sans devenir aveugle !! L'inhalation de poussières de bois vert provoque rhinite, laryngite et bronchite. Or, le bois de mancenillier est utilisé en menuiserie bien que le bois sec provoque à l'occasion des réactions cutanées chez les individus sensibles.

 

P1010317

 

On raconte que les ouvriers qui abattent les arbres et les scient doivent prendre des précautions pour ne pas être incommodés par le latex. Ils allument un feu autour du tronc.pour lui enlever une partie de son suc en prenant bien soin d'éviter la fumée pendant l'opération. On prétend aussi qu'autrefois ils travaillaient entièrement nus après s'être copieusement enduits d'huile pour éviter les brûlures...

 

P1060160

 

Placé à proximité, un tableau laconique se borne à avertir le quidam du caractère vénéneux des jolies petites pommes  qui jonchent le sol par milliers. Doux euphémisme en vérité! Je me garderai bien d'évoquer ici les conséquences de l'ingestion accidentelle des fruits de cet arbre maudit, elles sont dignes du plus abominable des films d'horreur.

 

P1010293

 

Ce funeste tableau étant brossé, on peut alors se demander à juste titre pourquoi diable - c'est le cas de le dire - a t-on eu l'idée saugrenue d'installer des bancs à l'ombre de ces funestes végétaux.

Un possible élément de réponse serait la volonté inavouée et inavouable de réguler le flot touristique dans cette région hyper protégée de la planète, mais le souci de préserver la bio-diversité au détriment de l'espèce humaine semble peu compatible avec les principes éthiques des successeurs de Darwin. Alors, que penser ?

Il faut dire qu'il n'y a pas foule sur ces bancs, nullement comparables à ceux des Tuileries ou du Luxembourg où, les jours d'été, il faudrait pratiquement simuler une syncope pour avoir une petite chance de s'y poser.

 

P1010381

 

Commen font les étranges tortues des Galapagos pour se délecter de ces concentrés de poison ??

 

P1010360

 

Un cactus espion qui se trouvait sur leur passage a bien essayé de percer le mystère, mais en vain.

 

P1010372

 

Peut-être après tout que, dans l'infinie sagesse que leur confère leur grand âge, les tortues veulent épargner aux humains les horribles souffrances qu'engendrerait la dégustation de ces fruits maléfiques. .Qui sait ?

 

 

 

oooOOOooo

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 18:05

De l'Amazonie aux Galapagos, l'Equateur est un patchwork  de paysages, de climats, de couleurs, de peuples et de cultures. Voyager en Equateur, c'est se trouver confronté en permanence à des contrastes saisissants. Les gens rencontrés traduisent tout particulièrement cette grande diversité. En voici quelques exemples:

 

P1050373

 

Vendeuse sur le marché d'Otavalo.

 

P1050285

 

Garde présidentiel à Quito.

 

P1050978

 

Écolières en goguette à Guayaquil.

 

107

 

Villageoise endormie, et sa fille, sur un trottoir de Cuenca.

 

557

 

Jeune indienne Shuar dans la région du rio Napo.

 

P1050988

 

Fanfare attendant un dignitaire à Guayaquil.

 

P1000813

 

Dame souriante à sa fenêtre à Alausi.

 

P1010075

 

Scène de rue à Quito.

 

P1000856

 

Des hommes bien chapeautés dans la région de Cuenca.

 

P1000812

 

Le conducteur du petit train des Andes.

 

P1000776

 

Paysanne de Zumbahua.

 

P1000824

 

Danseuse folklorique à la Nariz del Diablo.

 

P1010063

 

  Marché aux fleurs sur la piazzeta del Carmen à Cuenca..

 

P1050657

 

Vendeur ambulant à Alausi.

 

P1010145

 

Méditation devant un iguane du Parque Centenario à Guayaquil.

 

P1000794

 

Retour de marché à Alausi.

 

P1000505

 

Éleveur de canards à Otavalo.

 

P1010027

 

Au marché Sangurima à Cuenca.

 

P1010123

 

Un mode de transport commode dans une bananeraie de la côte Pacifique.

 

P1050633

 

Scène de marché à Otavalo..

 

P1000806

 

La journée a été rude..

 

930

 

Sur un mur de Cuenca, on fustige les concours de miss.

 

P1000804

 

Au-dessus d'une sombre échoppe d'Alausi

on célèbre la gloire de la reine de beauté locale !!

Contrastes encore et toujours ..

 

oooOOOooo

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 10:45

Baños est décidément une drôle de petite ville. Elle a quelque chose d'une ville-frontière, ce qu'elle est en réalité, située à la sortie de la cordillère centrale, sur la route de l'Amazonie, avec un je ne sais quoi de tropical qui flotte dans l'air, devenu soudain doux et humide après les rigueurs de la sierra. Ce qui caractérise Baños, c'est sa proximité, on serait tenté de dire sa complicité, avec l'un des plus terribles volcans de l'Equateur dont le nom sonne comme un air de merengue, le redoutable Tungurahua qui la domine de ses 5023m. Mamma Tungurahua, comme on dit ici, car, allez savoir pourquoi, ce monstre, les équatoriens l'ont classé dans la catégorie des volcans féminins !

 

P1000678

 

Alors qu'on le croyait endormi depuis longtemps, le volcan s'est réveillé en 1999 et depuis, il n'arrête pas de faire des siennes, laissant planer sur la ville une menace permanente. C'est sans doute ce qui donne à l'endroit cet aspect si particulier. Peut-être aussi que les sources d'eaux chaudes qui alimentent. généreusement Baños ont un effet euphorisant sur ses habitants ? Toujours est-il que la charmante basilique de la Virgen de Agua Santa n'a pas assez de murs pour contenir tous les tableaux relatant les nombreux miracles perpétrés ici, et Dieu sait si les occasions furent multiples entre incendies meurtriers, glissements de terrains, éruptions et autres secousses telluriques.

 

P1000630

 

Ceci étant dit, il ne reste plus qu'à flâner, au gré de sa fantaisie, dans les rues de cette ville - en fait un gros bourg - cernée de toutes parts par des montagnes verdoyantes, souvent noyées dans la brume.

 

P1000625

 

Ce qui frappe de prime abord, c'est la surabondance de bars, tous plus colorés et originaux les uns que les autres.

 

P1000627

 

P1000629

 

P1000631

 

Au coin de la rue, les murs d'une agence de voyage affichent tout ce que l'on peut faire et voir dans les environs, et visiblement les activités ne manquent pas.

 

P1000670

 

Près du marché, des fresques murales rappellent les beautés naturelles qui abondent aux alentours.

 

P1000672

 

Comme on ne pouvait pas déplacer les bancs qui sont situés devant, on a tout bonnement prolongé la représentation haute en couleurs sur les bancs eux-mêmes !

 

P1000636

 

Dans la calle Ambato, les Champs Elysées locaux, le spectacle est permanent et les étireurs de confiserie locale à base de sucre de canne - qui n'est pas sans rappeler la guimauve de nos fêtes foraines d'antan - poursuivent leur élastique activité sans relâche..

 

P1000649

 

Les rôtisseurs de cochons de lait, une spécialité que les équatoriens n'hésiteraient pas à manger sur la tête de leurs ancêtres, parviennet à griller quatre cochons à la fois.

 

P1000588

 

Les décorateurs de toucans en balsa, produit phare de l'artisanat local, exercent leur talent dans de petits ateliers..

 

P1000598

 

P1000664

 

Les tourneurs sur ivoire végétal transforment le fruit d'un palmier, le tagua, en une multitude de petits sujets qui permettront d'épargner la vie d'un grand nombre d'infortunés porteurs d'ivoire animal.

 

P1050524

 

Au mur, un éléphant exprime sa reconnaissance, c'est bien la moindre des choses.

 

P1000663

 

A quelques pas de là, de drôles de bébêtes s'alignent dans une vitrine.

 

P1000651

 

645

 

Plus loin, ce sont des bonnets complétement loufoques qui, à n'en pas douter, devraient ravir les enfants..

 

P1000646

 

P1000634

 

La tenancière d'un bar se détend un peu avant les happy hours.

 

P1000647

 

Devant sa boutique de curios, une vendeuse montre à son enfant le spectacle de la rue.

 

P1050881

 

L'épicière porte, elle, une charge beaucoup plus légère..

 

P1000658

 

De la fenêtre d'un immeuble à l'étonnant décor d'oiseaux et de papillons, un homme et un enfant regardent aussi la rue.

 

P1000659

 

Ce qu'ils voient, peut-être après tout le gringo photographe, justifie à présent l'intérêt de toute la famille.

 

P1050517

 

L'incroyable véhicule garé à deux pas mériterait pourtant plus qu'un rapide clin d'oeil.

 

P1000653

 

Les policiers en tenue de camouflage, postés au carrefour, semblent également plus intrigués par le gringo

voyeur que par l'étrange véhicule.

 

P1000655

 

En face, l'enseigne d'un dentiste inspiré promet un arrachage salutaire et joyeux.

 

P1000667

 

 Il est vrai que la pléthore de confiseries, toutes plus attirantes les unes que les autres, doit contribuer de manière non négligeable à l'accroissement exponentiel du chiffre d'affaires des dentistes.

 

P1000674

 

Alors, me direz-vous, et le volcan dans tout çà ?  Eh bien Mamma Tungurahua est toujours là, et bien là, et ses mauvaises humeurs soudaines peuvent entraîner à tout moment l'évacuation de la ville.

 

P1000628

 

En attendant, on se laisse vivre et, à l'image de ces femmes aperçues dansant entre elles dans un bar au rythme d'une salsa endiablée, on profite de la vie.

 

P1000639

 

Devant le porche de la basilique qui ne peut plus contenir les représentations des miracles, une vieille femme poursuit sa méditation sur la fragilité des choses de ce monde.

 

oooOOOooo

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 18:17

Dans la cordillère centrale, non loin de Zumbahua, on est ici entre 3500 et 3800m d'altitude. Le froid humide vous transperce et la plupart du temps le paysage disparaît sous les nuages, noyé dans la brume. La nuit, il gèle souvent mais, situation équinoxiale oblige, il n'y a pas de neige car, en Equateur, elle n'apparaît qu'au dessus de 4500m. On aperçoit par endroit, ce que l'on pourrait prendre de prime abord pour des sortes de meules de foin. Ce sont des habitations de terre et de chaume et des gens vivent là.

 

P1000688

 

Alentour, ce ne sont que champs à perte de vue, impeccablement tenus et parfaitement délimités, ils forment un damier coloré tapissant les pentes des collines, jusqu'au sommet de celles-ci, parfois accrochés à des pentes incroyables qui excluent de toute façon tout travail mécanique. Les conquérants espagnols s'étaient en leur temps appropriés toutes les terres en dessous de 3000m considérant qu'au-dessus il fallait être indien pour exploiter ces terrains inhospitaliers. C'était méconnaître la richesse de ce sol gris volcanique et l'opiniâtreté des indigènes.

 

P1000690

 

Le toit de ces habitations descend très bas pour conserver à l'intérieur le maximum de chaleur et protéger du vent qui souffle impitoyablement à ces hauteurs.

 

P1050552

 

Dès l'entrée, on est frappé par la rusticité de cet habitat, auprès duquel une yourte mongole semblerait un palais princier.

 

P1000685

 

Le sol en terre battue est recouvert de paille. Un élevage de cochons d'inde occupe une grande partie de l'espace, ils serviront à la confection du cuy, un plat traditionnel peu recommandé aux fragiles estomacs européens. Les lits sont surélevés et les vêtements et provisions suspendus pour échapper aux rongeurs et autres parasites.

 

P1000686

 

Animaux et humains se partagent cet espace restreint. Pas d'électricité et pas d'eau courante. Pour se laver, quand il ne fait pas trop froid, la seule solution, c'est le ruisseau proche.

 

P1000682

 

Récemment, ils ont capturé un caracara, le faucon des Andes, et la fillette de la maison montre fièrement le rapace privé désormais de vols grisants au -dessus des hauts pâturages.

 

687

 

Les habitants du lieu ne parlent pas l'espagnol, seulementr le quechua. Pour être photographiés, ils lévent un doigt signifiant un dollar. Il serait bien malséant de le contester, même si l'on ne peut retenir un sentiment de malaise. D'autres habitations du même type parsèment la région, mais leurs occupants refusent toute visite, par fierté sans aucun doute.

 

P1000545

 

A Punta Ahuano, en Amazonie Equatorienne, changement total de décor, il fait chaud et la végétation est luxuriante.

On est au bord du rio Napo, celui-là même qu'emprunta jadis le conquistador Francisco de Orellana, grand massacreur d'indiens s'il en fut, le premier à rallier l'Atlantique  en descendant le fleuve Amazone jusqu'à son embouchure. Les maisons traditionnelles surélevées sont caractéristiques de l'ethnie Shuar, autrefois réducteurs de têtes impénitents.

 

P1000552

 

Le chef de famille a revêtu le costume traditionnel et explique aux touristes le fonctionnement de la sarbacane. Il a supervisé la préparation d'un petit festin à base d'ingrédients locaux, histoire de faire frémir un peu les visiteurs à la vue des chenilles grillées et autres fourmis sucrées si appétissantes. Auparavant, sa fille aînée aura fait circuler la chicha, boisson fermentée à base de manioc,  dont on dit qu'elle n'est plus désormais préalablement longuement mâchée et recrachée par les femmes, utilisant leur salive comme agent de fermentation.

 

P1000544

 

La nature ici est généreuse, la chasse, la pêche, la cueillette des fruits et les cultures potagères fournissant une nourriture variée et équilibrée, même si la pollution du fleuve engendrée par les activités pétrolières et d'orpaillage commence à causer de réelles inquiétudes. 

Le véritable danger pour les autochtones est la maladie, car on est loin de tout. En cas de problème sérieux de santé, il faut prendre la pirogue et ensuite un autobus jusqu'au dispensaire de région. Faute d'argent, on attend souvent le dernier moment. L'an passé, la jeune femme du chef est décédée d'un cancer. Lorsqu'ils se sont décidés à entreprendre le long voyage jusqu'à l'hôpital de Quito, il était trop tard..

 

P1050460

 

Pour clôturer la visite, les charmantes filles du chef ont executé une petite danse et , comme il est d'usage désormais de par le monde, invité les visiteurs à se joindre gauchement à elles au son d'un violon qui n'était pas sans évoquer les grands moments du film 'Mission'..

 

P1050458

 

Merveilleuse et fragile Amazonie. Il faut vraiment souhaiter que ses habitants, grâce à une exploitation habile du tourisme et une protection constante de leur environnement puissent préserver longtemps leur identité dans un monde en perpétuelle évolution.

 

P1000989

 

Nouveau changement de décor.  A Cuenca, une dame âgée nous fait visiter sa demeure, un véritable palais, riche intérieur bourgeois, propriété d'une famille de négociants prospères.qui le fit construire au début du XIXème siècle.

 

P1010082

 

P1010078

 

Tout ici respire le luxe et la richesse d'un autre temps, entre meubles précieux, souvenirs de famille, argenterie et peintures murales.

 

P1010080

 

Il y a, parait-il, 56 pièces au total. dont une salle de bal. Des fenêtres, la vue plonge directement sur le rio Tomebamba qui, ce jour là, ressemblait à un torrent en furie.

 

P1010079

 

La dame se déplace difficilement au bras d'une assistante. A la fin de la visite, elle ne lévera pas bien sûr l'index pour indiquer le prix de la visite, ni ne proposera un petit tour de valse dans la salle de bal. Elle incitera par contre le visiteur à parcourir le rez-de-chaussée transformé en un vaste bric-à-brac de copies d'objets indigènes, de reliques diverses et d'articles de brocante dont elle négociera le prix avec âpreté. 

 

P1050934

 

A n'en pas douter, l'entretien d'une telle demeure est une charge fort lourde et la dame doit souvent se sentir bien seule au milieu de tant de souvenirs d'une époque brillante et révolue. Les quelques visites qu'elle reçoit, outre leur aspect "commercial", sont aussi l'occasion d'une diversion salutaire liée à l'évocation d'un passé glorieux.

 

Quel lien, direz-vous, peut bien exister entre ces trois situations ? Aucun à priori, sinon que moins de 100 kilomètres les séparent, illustrant ainsi l'incroyable diversité de ce petit pays si contrasté.

 

oooOOOooo

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 10:45

Le marché couvert Sangurima, dans la superbe ville de Cuenca, est un endroit merveilleux pour s'immerger dans un univers de sons , de couleurs et de senteurs. Les étals de fruits et légumes, de viandes et de poissons y côtoient les échoppes d'artisans, d'épiciers, de fromagers, de vendeurs d'herbes aromatiques, de fleurs, de parfums, de médecines naturelles, sans oublier tout un étage où l'on peut se restaurer à bon compte de spécialités andines.

 

049

détail de la verrière centrale

 

P1010034

 

P1010042

 

6030

 

060

 

P1010053

 

Ici, on peut tout trouver, depuis les tomates d'arbre, ce fruit au goût étrange qui n'existe que dans les Andes

 

P1010043

 

jusqu'au chocolat artisanal

 

P1010050

 

en passant bien sûr par les inévitables panamas.

 

P1010037

 

Mais c'est le lundi qu'il faut de préférence flâner dans le marché Sangurima, car c'est le jour pendant lequel officient les guérisseuses.

 

P1010021

 

Elles sont arrivées tôt le matin, de toute la province, avec leur impressionnant fardeau d'herbes et de fleurs aux vertus curatives, cueillies par leurs soins selon une tradition ancestrale transmise de mère en fille, et elles vont procéder à la cérémonie de la purification, le limpio.

 

P1010013

 

Elles assemblent de petites gerbes de plantes diverses choisies en fonction du patient à traiter, avec lesquelles elles vont "flageller" toutes les parties du corps pour en extraire le mal. On peut voir également sur la partie avant de la photo une guérisseuse marquer le front d'une fillette en prononçant des incantations.

 

P1010015

 

Selon un rite communément pratiqué par les shamans du monde entier, elles recrachent à la tête du patient une gorgée d'un alcool dont la composition  est leur apanage, censé purifier et écarter les mauvais esprits.

 

P1010016

 

Les mains aussi sont purifiées par cet alcool.

 

P1010017

 

 Quant aux gestes ci-dessous, ils symbolisent à n'en pas douter l'extirpation d'un mal dont la patiente a déclaré souffrir

 

P1010018

 

L'oeuf placé sur la tête du garçonnet absorbera les influences néfastes auxquelles il pourra être soumis.

 

P1010032

 

Jeunes et vieux se pressent pour la consultation et beaucoup de mères soumettent leur bébé à la purification.

 

P1010022

 

P1010023

 

P1010024

 

Sa prestation terminée, la guérisseuse touchera sa rémunération de 1 dollar.

 

P1010014

 

P1010047

 

Ces guérisseuses perpétuent en fait une tradition millénaire à Cuenca. Elles sont les lointaines descendantes de ces sorcières pourchassées par l'Inquisition espagnole au 16ème siècle, décrites alors comme accoucheuses, guérisseuses, veilleuses de morts, femmes qui détiennent un pouvoir qui échappe aux hommes. Plus loin encore, elles se rattachent auux traditions shamaniques pré-colombiennes.

 

P1010046

 

Alors, faut-il croire en leurs pouvoirs ??

 

P1010033

 

Le petit Jésus, qui en connait un bout en matière de miracles, en lève les bras au ciel...

 

oooOOOooo

 

.

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 15:49

De retour d'un circuit en Equateur, j'ai, pour une fois, privilégié les gens dans mes photos de voyage, au détriment des beaux paysages, tant il est vrai que les habitants de ce pays si divers sont attachants.

Je garde particulièrement un souvenir très vivace des communautés indiennes des hautes cordillères dont on ne peut qu'admirer l'opiniâtreté et le courage dans un environnement hostile qu'elles ont su si bien maîtriser.

Il n'est certes pas aisé de photographier les villageois dans leurs activités quotidiennes car ils ont la sainte horreur des touristes qui, à peine débarqués de l'autocar braquent leur caméra sous leur nez en quête de couleur locale et d'exotisme. Par pudeur, par superstition et aussi avec un sentiment aigu de frustration face à une différence flagrante de moyens d'existence, ils se détournent de l'objectif, s'ils ne s'en prennent pas véhémentement à l'intrus.

Il faut donc se faire le plus discret possible et préférer la longue focale au gros plan inquisiteur.

 

P1000704

 

C'est jour de marché à Zumbahua, dans la cordillère centrale, occasion pour les villageois de commercer, de se retrouver,  d'échanger les nouvelles et, pour les femmes, d'arborer leurs habits de fête et de se draper dans leurs plus beaux châles aux couleurs chatoyantes.

 

P1000705

 

P1000694

 

P1000702

 

On est ici à 3200m d'altitude et il fait plutôt frisquet. Nos poumons européens nous rappellent que, contrairement aux autochtones, le souffle se fait rare dès que l'on bouge un peu. Une petite pluie fine et persistante et une méchante bise complètent le tableau.

 

P1050588

 

Chapeautées de feutre et le visage dissimulé derrière un foulard pour se protéger du froid, certaines villageoises évoqueraient plutôt les films noirs des années trente, si le châle aux couleurs vives ne venait rappeler leur appartenance sociale et leur statut de mère et épouse, selon des codes vestimentaires bien établis.

 

696

 

Chaque recoin du marché est un festival de couleurs.

 

699

 

6955555

 

Dans son échoppe volante, un couturier travaille à la carte avec sa vieille machine à coudre.

 

P1000700

 

Dans le secteur couvert, la bouchère attend patiemment le client.

 

P1050593

 

Prenant soudain conscience de ma présence, elle se dissimulera prestement sous le châle.

 

P1050574

 

Venus de la côte, ces régimes de bananes fourniront une diversion appréciée aux revigorantes soupes traditionnelles à base de pommes de terre, de quinoa, de fromage et de divers légumes qui constituent l'ordinaire des populations andines.

 

P1050571

 

Le marché est d'ailleurs l'occasion de se restaurer sur le pouce et d'échanger quelques nouvelles avant d'entamer le chemin du retour.

 

P1000711

 

P1050585

 

Cette petite fille ramènera fièrement une botte de poireaux.

 

785

 

Mais pour d'autres la charge sera infiniment plus lourde.

 

712

 

Des élégantes attendent un véhicule à la sortie du marché.

 

783

 

D'autres s'entasseront dans un bus brinqueballant et inconfortable,

 

P1000693

 

ou grimperont à l'arrière d'un pick-up.

 

P1000725

 

Mais pour beaucoup, l'attente sera bien longue.

 

P1000710

 

507

 

Non loin de là il y a fête sur le haut plateau, près des spectaculaires canyons, et d'énormes hauts-parleurs ont été mis en place.

 

P1000723

 

P1000713

 

On boira beaucoup à cet occasion, y compris l'eau-de-vie locale incroyablement forte, l' aguardiente ou eau de feu, histoire d'oublier un peu la dureté de la vie. En conséquence, maints retours seront plutôt titubants.

 

P1010088

 

Si d'aventure il vous arrive de croiser en chemin une indienne endormie, accordez lui le bénéfice du doute, peut-être n'est-ce seulement qu'un excès de fatigue !

 

oooOOOooo

 

Pour la petite histoire, ce village andin de Zumbahua, resté très authentique, est célèbre en Equateur par le fait que le Président de la République, Rafael Correa, y fut investi symboliquement en Janvier 2007 au milieu des communautés indigènes. Il se vit remettre à cette occasion - en présence de ses amis, le vénézuélien Hugo Chavez et le bolivien Evo Morales - le bâton de chef par les shamans quechuas qui entamèrent  également une cérémonie de purification censée le protéger des mauvais esprits pendant sa présidence. Rafael Correa avait, il est vrai,  passé - jeune étudiant - deux ans dans ce village, au sein d'une mission catholique, travaillant au côté des villageois sur des projets de développement rural.

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 18:13

 

Tout bien considéré, j'en suis arrivé à la conclusion que les bancs, tous les bancs, sont de fieffés coquins car ils ont développé au fil du temps une technique de séduction si parfaite qu'il nous est pratiquement impossible, à nous pauvres mortels, d'échapper à leur irrésistible et magnétique force d'attraction.

 

Banc public dans le parc municipal de Nervi (GE), Italie

 

Voyez au détour d'un chemin, ce banc tout simple du parc de Nervi, en Italie, sa courbe aguichante reflète habilement la lumière pour mieux nous inciter à s' y poser un moment.

 

P1040713

 

Que penser alors de ce banc du bois de Boulogne à Paris en hiver. Alors que tout alentour est nu et glacé, il trouve le moyen d'utiliser un rayon du soleil déclinant pour nous faire de l'oeil malgré la froidure.

 

013b (3)

 

L'utilisation habile du décor ambiant constitue le b-a-ba de la panoplie séductrice des bancs. Ici, au parc de Saint-Cloud, en région parisienne, tout est mis en oeuvre pour annihiler une quelconque velléité de résistance de la part du promeneur, arbres en fleurs, rai de lumière plongeant, atmosphère romantique, difficile vraiment de ne pas succomber.

 

P1060305

 

Plus prosaiquement, lorsque l'environnement est moins propice, comme ici, en Corrèze, à Gimel-les-Cascades, le banc tentateur va rechercher la proximité d'un petit massif floral, c'est toujours mieux que de rester le dos au mur à attendre bêtement le client.

 

P1080603

 

Bien sûr, quand celà est possible, une petite mise en scène avec des arrangements floraux est un atout certain, comme ici sur Observatory Hill à Sydney, en Australie.

 

P1080543

 

C'est dans l'utilisation perfide d'un décor artificiel en trompe-l'oeil que la rouerie des bancs éclate au grand jour. Celui-ci,à Leura, dans les Blue Mountains, en Australie, en est un exemple flagrant.

 

Un banc dans le calme d'un jardin privé - Swellendam, Afri

 

Avec son air de Sainte Nitouche, ce banc tout blanc et tout sage, aperçu dans un jardin privé à Swellendam, en Afrique du Sud, semble créer un émoi certain chez le couple enlacé d'arbres vénérables qui lui assure un ombrage protecteur à la belle saison.

 

'Tentation' - L'ombre d'une statue près d'un banc du Smith

 

Mine de rien, voici un banc pour le moins provocateur. La statue de la Smithsonian Institution, à Washington, Etats-Unis, dont on voit l'ombre portée, en a les mains sur les hanches de stupéfaction, elle qui aimerait tant se poser un peu. Ces bancs sont vraiment trop cruels.

 

P1040947

 

De retour au parc de Saint-Cloud où un couple de pierre considère tristement la distance qui le sépare de ce banc.bien opportun.

 

P1040948

 

Le banc, malicieusement, les attend, cela ne fait aucun doute, mais ce n'est qu'avec les derniers rayons d'un soleil rasant que l'ombre du couple atteindra ce but si ardemment  convoité. Nous ne connaîtrons pas hélas ce moment car le parc alors aura fermé ses grilles. Les rencontres des statues et des bancs se passent toujours dans la plus grande discrétion.

 

oooOOOooo

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 18:55

 

C'était un banc épris de liberté.

 

Un banc pour observer les baleines - Hermanus, Afrique du S

Hermanus, Afrique du Sud

 

Il n'aimait rien moins que grimper en haut des rochers et contempler à loisir l'immensité de l'Océan.

 

Un banc au paradis - Bird Island, Seychelles

Bird Island, Seychelles

 

D'autres fois, il pouvait paresser des heures au bord de la plage et se livrer délicieusement à son activité favorite.

 

P1040846

Nervi, Italie

 

Tôt le matin, il s'arrêtait sur la promenade et regardait le vent dessiner des palmes sur la mer.

 

P1040912

Camogli, Italie

 

Mais un beau jour, tandis qu'il somnolait bien au chaud, adossé à un muret protecteur, il ne vit pas se dérouler derrière la digue un immense filet de pêche qui s'avançait inexorablement dans sa direction.

 

P1040913

Camogli, Italie

 

Tel un gigantesque serpent, le filet eut tôt fait d'engloutir le malheureux banc qui finit par disparaître sous ses rets.

 

P1040908

Camogli, Italie

 

Moralité de cette histoire :   Quand on est un banc, on reste à sa place.

                                                 Car il est illusoire pour un banc

                                                 D'échapper, ne fut-ce qu'un instant,

                                                 Aux mailles insidieuses de la normalité.

 

oooOOOooo

 

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article

Présentation

  • : Mémoire de Rivages
  • Mémoire de Rivages
  • : Pourquoi ce blog? Pour ne pas oublier tous ces rivages, proches ou lointains, que j'ai connus, pour faire partager ces regards, ces visions, ces impressions fugaces, ces moments suspendus et qui ne se reproduiront plus, pour le plaisir de montrer des images et d'inventer des histoires, pour rêver tout simplement..
  • Contact

Profil

  • Jean-François
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..

Recherche

Catégories