Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 18:13

 

Tout bien considéré, j'en suis arrivé à la conclusion que les bancs, tous les bancs, sont de fieffés coquins car ils ont développé au fil du temps une technique de séduction si parfaite qu'il nous est pratiquement impossible, à nous pauvres mortels, d'échapper à leur irrésistible et magnétique force d'attraction.

 

Banc public dans le parc municipal de Nervi (GE), Italie

 

Voyez au détour d'un chemin, ce banc tout simple du parc de Nervi, en Italie, sa courbe aguichante reflète habilement la lumière pour mieux nous inciter à s' y poser un moment.

 

P1040713

 

Que penser alors de ce banc du bois de Boulogne à Paris en hiver. Alors que tout alentour est nu et glacé, il trouve le moyen d'utiliser un rayon du soleil déclinant pour nous faire de l'oeil malgré la froidure.

 

013b (3)

 

L'utilisation habile du décor ambiant constitue le b-a-ba de la panoplie séductrice des bancs. Ici, au parc de Saint-Cloud, en région parisienne, tout est mis en oeuvre pour annihiler une quelconque velléité de résistance de la part du promeneur, arbres en fleurs, rai de lumière plongeant, atmosphère romantique, difficile vraiment de ne pas succomber.

 

P1060305

 

Plus prosaiquement, lorsque l'environnement est moins propice, comme ici, en Corrèze, à Gimel-les-Cascades, le banc tentateur va rechercher la proximité d'un petit massif floral, c'est toujours mieux que de rester le dos au mur à attendre bêtement le client.

 

P1080603

 

Bien sûr, quand celà est possible, une petite mise en scène avec des arrangements floraux est un atout certain, comme ici sur Observatory Hill à Sydney, en Australie.

 

P1080543

 

C'est dans l'utilisation perfide d'un décor artificiel en trompe-l'oeil que la rouerie des bancs éclate au grand jour. Celui-ci,à Leura, dans les Blue Mountains, en Australie, en est un exemple flagrant.

 

Un banc dans le calme d'un jardin privé - Swellendam, Afri

 

Avec son air de Sainte Nitouche, ce banc tout blanc et tout sage, aperçu dans un jardin privé à Swellendam, en Afrique du Sud, semble créer un émoi certain chez le couple enlacé d'arbres vénérables qui lui assure un ombrage protecteur à la belle saison.

 

'Tentation' - L'ombre d'une statue près d'un banc du Smith

 

Mine de rien, voici un banc pour le moins provocateur. La statue de la Smithsonian Institution, à Washington, Etats-Unis, dont on voit l'ombre portée, en a les mains sur les hanches de stupéfaction, elle qui aimerait tant se poser un peu. Ces bancs sont vraiment trop cruels.

 

P1040947

 

De retour au parc de Saint-Cloud où un couple de pierre considère tristement la distance qui le sépare de ce banc.bien opportun.

 

P1040948

 

Le banc, malicieusement, les attend, cela ne fait aucun doute, mais ce n'est qu'avec les derniers rayons d'un soleil rasant que l'ombre du couple atteindra ce but si ardemment  convoité. Nous ne connaîtrons pas hélas ce moment car le parc alors aura fermé ses grilles. Les rencontres des statues et des bancs se passent toujours dans la plus grande discrétion.

 

oooOOOooo

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 18:55

 

C'était un banc épris de liberté.

 

Un banc pour observer les baleines - Hermanus, Afrique du S

Hermanus, Afrique du Sud

 

Il n'aimait rien moins que grimper en haut des rochers et contempler à loisir l'immensité de l'Océan.

 

Un banc au paradis - Bird Island, Seychelles

Bird Island, Seychelles

 

D'autres fois, il pouvait paresser des heures au bord de la plage et se livrer délicieusement à son activité favorite.

 

P1040846

Nervi, Italie

 

Tôt le matin, il s'arrêtait sur la promenade et regardait le vent dessiner des palmes sur la mer.

 

P1040912

Camogli, Italie

 

Mais un beau jour, tandis qu'il somnolait bien au chaud, adossé à un muret protecteur, il ne vit pas se dérouler derrière la digue un immense filet de pêche qui s'avançait inexorablement dans sa direction.

 

P1040913

Camogli, Italie

 

Tel un gigantesque serpent, le filet eut tôt fait d'engloutir le malheureux banc qui finit par disparaître sous ses rets.

 

P1040908

Camogli, Italie

 

Moralité de cette histoire :   Quand on est un banc, on reste à sa place.

                                                 Car il est illusoire pour un banc

                                                 D'échapper, ne fut-ce qu'un instant,

                                                 Aux mailles insidieuses de la normalité.

 

oooOOOooo

 

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 22:30

Il vous est sûrement arrivé un jour, au terme d'une longue et éprouvante promenade, de convoiter de loin un banc, promesse d'un moment de délicieux repos autant bienvenu que nécessaire. Quelle n'était pas alors votre déception de constater, en approchant du but, que le banc tant désiré venait tout juste d'être occupé par un autre promeneur.

Imaginez à présent que le banc en question soit occupé en permanence, jour et nuit, pour la bonne et simple raison que son occupant fait partie intégrante de ce banc. La chose a de quoi perturber.

 

Voici trois exemples de ces si originaux bancs-sculptures.

 

P1070746

 

Celui-ci est l'oeuvre du grand sculpteur hongrois Imre Varga, et se trouve à Paris, rue Bonaparte, devant l'immeuble du Centre culturel hongrois, à deux pas des jardins du Luxembourg, haut-lieu, s'il en fut, des inconditionnels des chaises et bancs. Il me plaît tellement que je n'ai pas résisté au plaisir de le photographier de face et de profil.

 

P1070748

 

Je trouve cette dame pensive, au grand chapeau et aux pieds nus, bien fascinante, et il y a fort à parier qu'un romancier trouverait là matière à une intrigue sentimentale des plus palpitante.

 

P1060749

 

Cet autre banc, je l'ai trouvé à Louvain, en Belgique. J'en ignore le sculpteur et la raison pour laquelle cette jeune personne semble ravie de renverser le contenu de sa cafetière sur le sol, mais il faut reconnaitre que le banc est spacieux et invite clairement à tenir compagnie à la demoiselle qui, pour un peu, finirait par tomber si elle ne se retenait fermement au dossier. Je suppose d'ailleurs que le tenancier du café derrière préfère voir ses clients attablés dans son établissement à consommer force Stella, Gueuze Lambic ou autre bière Trappiste..

 

164534 1717269859314 1465283613 31790215 5282095 n

 

Celui-ci, enfin, est à New York, dans Manhattan, mais je suis bien forcé de reconnaître qu'il serait peut-être préférable d'attendre le dégel avant de répondre à l'invite de ce personnage transi, et d'entamer le brin de causette qu'il semble appeler de ses voeux.

 

Il existe de par le monde un grand nombre de bancs-sculptures, dont beaucoup sont de superbes oeuvres d'art. Je ne saurais trop conseiller aux amoureux des bancs d'en collectionner l'image. Cela devarit constituer au fil du temps un bien curieux album.

 

A bientôt.

 

oooOOOooo

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 22:40

Pour fêter mon arrivée dans la communauté des amoureux invétérés des bancs et chaises en tous genres, je vous offre ce joyeux méli-mélo de chaises de bistrot empilées à l'intérieur d'un café de la rue Montorgueil à Paris un jour de fermeture.

 

Sunny day

 

A n'en pas douter, ces chaises, à l'image des clients habituels du café, aiment bien aussi profiter du soleil et se chauffer le dossier en rangs serrés, comme des estivants sur la plage de Palavas-les-flots...

Le contraste est d'ailleurs saisissant avec ces chaises grecques, surprises à Santorin à l'heure de la sieste :

 

DSCN2203

 

Ici on est au calme et à l'abri sous la claire-voie. Mais gare aux coups de soleil aux zébrures inesthétiques...

 

A bientôt pour d'autres aventures.

 

oooOOOooo

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 18:30

Il est un fait que les ors de l'Orient nous aveuglent souvent par leur magnificence.

 

P1050478

Pagode Shwé Zigon, Bagan, Birmanie

 

  Pagodes birmanes, monastères laotiens, temples siamois, partout l'or brille de mille feux.

 

P1020554(1)

Bas-relief à Luang-Prabang, Laos

 

Les langoureuses déesses dorment d'un sommeil étincelant. 

 

P1020778

Temple Wat Phrathat Doi Suthep, Chiang Mai, Thailande

 

Des tonnes d'or recouvrent les lieux de prière.

 

P1020651

Sculpture faîtière à Luang-Prabang, Laos

 

L'or scintille au fronton des palais. 

 

P1020791(1)

Effigie de moine à Chiang Mai, Thailande

 

Mais derrière le masque d'or, la réalité est parfois bien cruelle.

 

P1050112

Birmanie, région du lac Inlé

 

  L'or ne ravive plus que la fenêtre d'un pauvre monastère.

 

P1020652

Laos, Luang-Prabang

 

  Seule, l'humble robe de moine a gardé son éclat.

 

P1070512

Chili, désert de l'Atacama

 

  Elle rivalise avec l'éphémère splendeur d'un soleil déclinant. .

 

P1040644

Paris, lac du Bois de Boulogne

 

Car l'or n'est pas seulement l'apanage des dieux. Dans le froid de nos hivers, il illumine timidement l'étang gelé.

 

040 (1)

Afrique du Sud, région du Cap

 

Il couvre d'un joyeux bouquet les prairies au printemps.

 

013f (6)

Paris, Ile de France

 

Il décline à l'automne sa fragile palette de tons mordorés.

 

Pierre Malphettes - La Chute d'une feuille morte - 2006

Néon de Pierre Malphettes - La Chute d'une feuille morte - 2006 - FIAC, Paris

 

Et c'est alors que l'artiste décrit d'un trait d'or le gracieux balancement d'une feuille chutant vers son inéluctable fin.

 

oooOOOooo

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 23:10

Non, l'Australie n'est pas qu'un vaste désert brûlant où gambadent en liberté des marsupiaux sauteurs. Cet immense état-continent qui contiendrait l'Europe entière, de Manchester à Athènes et de Lisbonne à Gdansk, offre aussi une grande variété de paysages sublimes, fort éloignés du cliché habituel d'étendues arides et rougeâtres.

A la pointe Sud-Est de cette île gigantesque, au-delà de laquelle, passée la Tasmanie et les 40èmes rugissants, il n'y a plus que les 50èmes hurlants et au-delà encore l'Antarctique - tout un programme -, la route B100, plus connue sous le nom de 'Great Ocean Route' déroule ses vertigineux lacets.

 

Map bis

 

Dans l'état de Victoria, entre Melbourne et Adelaide, cette route spectaculaire, ô combien touristique, serpente sur un peu plus de 300 km - une tête d'épingle à l'échelle australienne - depuis Torquay, la capitale du surf, jusqu'à Port Fairy, à l'extrémité de la bien nommée Côte des Naufrages.

 

great-ocean-road-map

 

Sa construction commença en 1919, tout juste après la Ière Guerre Mondiale, moyen commode pour redonner le goût du travail aux vétérans de retour de la grande boucherie européenne, qui avaient connu l'enfer des tranchées à 13.000 km du bush qui les avait vu naître. Comme ils risquaient de se sentir un peu dépaysés en retrouvant leur 'Home sweet Home' à l'autre bout de la terre, on trouva ce moyen ingénieux pour assurer le plein emploi et ouvrir une voie d'accès côtière à cette superbe région. Ils creusèrent donc à nouveau, cette fois dans la roche, littéralement avec pelle, pioche et brouette, jusqu'à ce qu'un début de mécanisation ne vienne soulager leur labeur inhumain. Cela dura 14 ans, jusqu'en 1932.

 

Océanie 3 047

 

A l'entrée de la route, un monument rend hommage au travail titanesque de ces héroïques travailleurs.

Pour parcourir aujourd'hui la Great Ocean Route en voiture, il vaut mieux être passager, car la constante attention requise par les multiples virages de ce superbe ouvrage risque fort de faire perdre au conducteur la vision furtive d'échappées à couper le souffle sur l'océan - surtout d'ailleurs lorsqu'un vent tempétueux s'invite au spectacle.

 

Océanie 3 098

 

Des plages de rêve isolées incitent à la baignade, mais que l'on ne s'y trompe pas, la mer ici est cruelle et les courants redoutables. Si, dans les charmantes bourgades traversées, les multiples boutiques spécialisées offrent au surfeur aguerri une tentante panoplie d'équipement high tech, il serait bien risqué de se livrer à de grisantes glissades hors des zones surveillées. L'imprudent qui passerait outre à ces sages conseils s'exposerait à ne jamais plus connaître les 'happy hours' du Ba Ba Lu Bar de Lorne !

 

Océanie 3 086

 

L'Australie, c'est bien connu, est le pays des records. Non seulement elle s'offre l'insigne honneur d'héberger sur son territoire la quasi totalité des espèces animales les plus incroyablement dangereuses et venimeuses de la planète, elle est aussi le seul pays au monde à avoir perdu un Premier Ministre en exercice, Harold Holt, qui, un beau jour de Décembre 1967, décida d'aller piquer une tête dans l'océan. Cela s'est passé un peu au sud de Melbourne, dans la péninsule de Mornington, un endroit connu pour la traîtrise de ses courants. Il disparut soudain sous les yeux des gens qui l'accompagnaient, et son corps, croyez-le ou pas, n'a jamais été retrouvé !!

 

Océanie 3 044

 

Mais laissons là ce funeste épisode. Comme la route est longue sur la Great Ocean Route, des toilettes publiques, havres salutaires, sont disposées à des endroits stratégiques d'où l'on peut se détendre en contemplant la grandeur de la nature environnante. Elles sont généralement décorées de thèmes marins, exécutés dans un style évocateur des peintures aborigènes.

 

Océanie 3 045

 

A ce propos, l'américain Bill Bryson, dans son délicieux et très humoristique ouvrage 'Nos voisins du dessous - Chroniques australiennes' (Petite bibliothèque Payot), rappelle qu'autrefois, dans la région, résidaient quatre groupes aborigènes répondant aux doux noms de Gulidjan, Gabudamud, Giraiwurung et Gunditjmara.

 

Océanie 3 066

 

Ils vivaient à n'en pas douter, en parfaite harmonie avec la nature, partagés entre le rivage et la merveilleuse forêt pluviale d'Otway, censée abriter les plus vénérables eucalyptus de toute l'Australie - encore un record !

Aborder toutefois ici la question aborigène, c'est un peu comme danser le hip hop dans la vitrine d'un antiquaire en porcelaine chinoise, le sujet est délicat et le mieux est encore de l'éviter.

 

Océanie 3 075

 

Étape incontournable de toute virée sur la Great Ocean Route, voici enfin les fameux 12 Apôtres, .aiguilles rocheuses témoins de la lutte éternelle et inégale que se livrent depuis la nuit des temps la mer et la terre. Sous les coups de butoir des vagues - une toutes les 14 secondes déclare doctement un panneau explicatif - associées aux vents et aux embruns salés, le calcaire friable recule et les roches plus dures se retrouvent isolées en mer, sentinelles avancées de ce qui fut jadis une arrogante falaise et qui s'incurve à présent en un ruban continu de sensuelles ondulations.

 

Océanie 3 078

 

Mais, direz-vous, au risque de vous tordre le cou, ces Apôtres ne sont pas douze. Même en incluant les petits pâtés rocheux, à demi émergés, vestiges d'anciens blocs importants, on arrive à grand peine à compter sept ou huit formations.

 

Océanie 3 085

 

Et pas question d'incorporer dans le décompte les deux îlots situés côté Est, ceux-là se nomment 'Gog' et 'Magog'.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, ces aiguilles, merveilles de la nature, étaient autrefois désignées sous l'élégant vocable de 'La Truie et ses cochonnets', un peu comme si la place de la Concorde s'appelait place de l'Abattoir (quoi que..). Ce n'est que dans les années 60 que l'on réalisa qu'il serait peut-être judicieux pour attirer plus de touristes sur ce site remarquable, de lui donner un nom plus digne. C'est ainsi que les Apôtres virent le jour, et comme il y a 12 Apôtres, les pitons rocheux devinrent douze. Tout simplement.

 

Océanie 3 080

 

Quoi qu'il en soit, le spectacle est grandiose, quel que soit le temps, et laisse une impression inoubliable.

Au delà, c'est la Loch Ard Gorge, du nom du plus célèbre naufrage survenu sur cette côte, en 1878. Il faut dire qu'entre Cape Otway et Port Fairy, sur 120 km, 80 naufrages eurent lieu en quarante ans dans ces eaux traîtresses, 200 en un siècle ! On pourrait imaginer le spectacle de désolation qui s'offrirait à nos yeux si la mer d'un coup venait à se retirer.

 

P1070847

 

Le Loch Ard était un clipper qui arrivait d'Angleterre avec à son bord 37 membres d'équipage et 19 passagers, trop heureux, après une éprouvante et interminable traversée, de toucher enfin terre dans ce nouvel Eldorado où la fièvre de l'or battait son plein. Cruelle destinée qui vit le navire sombrer corps et biens si près du but, trompé sans doute par le brouillard et les courants près d'un îlot au nom curieux de Muttonbird Island. Il n'y eut que deux survivants, un élève officier du nom de Tom Pearce et une passagère, qui s'appelait Eva Carmichael.

 

Océanie 3 087 (1)

 

Tom, bon nageur, réussit à gagner le rivage. Eva, qui ne savait pas nager, s'agrippa à un débris flottant. Les vagues l'aurait projetée sur les rochers sans l'intervention de Tom qui l'aida à atteindre un abri. Au petit matin, Tom parvint à escalader la falaise et à donner l'alerte, mais les sauveteurs ne purent que constater la disparition des autres occupants du bateau. Tom et Eva avaient tous deux 19 ans. Que pensez-vous qu'il advint ? Eh bien, vous avez tout faux. Eva s'en retourna tout bonnement en Irlande au grand dam des médias de l'époque. Il est permis de supposer qu'elle y débarqua cette fois sans encombre.

On ne compte plus aujourd'hui dans la région les commerces et les boutiques en tous genres qui portent soit le nom de Loch Ard soit celui des 12 Apôtres.

 

Océanie 3 082

 

En poursuivant la route vers l'Ouest, on passe encore un site remarquable où, sous l'action des vagues, des arches se sont creusées au pied des rochers, fragilisant ces derniers jusqu'à compromettre leur équilibre. En Juillet 2005, un "apôtre" de 75 mètres s'est effondré d'un coup, provoquant un joli jaillissement d'écume.

 

australie-great-ocean-road-london-bridge

 

Mais la plus célèbre de ces arches était sans conteste le 'London Bridge', une arche d'une belle envolée reliant les deux blocs rocheux que l'on voit sur la photo. Un beau jour de Janvier 1990, l'arche céda brusquement et précipita dans la mer des tonnes de débris. Le plus drôle est que cela survint juste après le passage de deux touristes, qui se retrouvèrent, ahuris et en état de choc mais indemnes, à l'extrémité de ce qui avait été un promontoire et n'était plus à cet instant que la dernière née des îles de la planète Terre. Ils furent secourus par hélicoptère et purent rapporter chez eux un inoubliable souvenir de vacances.

 

Océanie 3 094

 

Autre curiosité remarquable, la 'Lame de Rasoir', fantomatique rocher, effilé comme un couteau, sculpté et poli par le vent et les embruns, sapé à sa base par les vagues (rappelez-vous, une toutes les 14 secondes..). Ses flancs laissent déjà apparaître les failles insidieuses par lesquelles son déclin inexorable est écrit dans le temps. Lui aussi s'effondrera d'un coup ou petit à petit, dans dix ans, dans vingt ans,ou  dans un siècle.

Séparé de cet immense continent par la furie des tempêtes, il est à l'image de cette côte, spectaculaire et fragile.

 

Océanie 3 096

 

Quand la lumière décroît sur le 'London Bridge', ou par temps de brouillard, on croit parfois apercevoir, à la pointe de l'îlot, une forme humaine accroupie qui contemple l'immensité de l'océan. Un aborigène sans doute, peut-être un  Gulidjan, peut-être un Gabudamud. Il est comme ce rocher, séparé à jamais de la terre qui fut celle de ses ancêtres. Il revit un passé que les hommes blancs n'ont pas connu.

 

oooOOOooo

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 17:10

Heureux d'être accueilli dans la sympathique communauté des 'Carnets de Voyages', c'est avec plaisir que je partage ces quelques impressions d'un trop bref séjour à Melbourne, dans l'état de Victoria, au sud-est de l'Australie.

Contrairement à Sydney, son éternelle rivale, Melbourne n'a pas la chance de se situer au bord d'une baie sublime où se mire le célébrissime Opéra, mais c'est une ville bien agréable, toute en contrastes, et si elle s'est retrouvée classée première sur une liste des villes du monde où il fait bon vivre, il y a peut-être finalement une raison à cela.

 

Oceanie-3-023-copie-1.jpg

 

Depuis le bord de la Yarra River, on peut apercevoir le centre ville, joyeux mélange de néo-gothique, de bâtiments victoriens et de gratte-ciels étincelants

 

Océanie 3 018

 

Vue sous un autre angle, l'étonnante sculpture de la photo précédente semble trouver plaisir à guider un engin de chantier.

 

Océanie 3 019

 

Sur la rive opposée, la gare centrale couleur café crème, détonne avec sa tour-horloge d'un autre âge au milieu des cubes de bureaux.

 

Océanie 3 014

 

Le pont gigantesque qui enjambe le port paraît survoler un paysage urbain digne de Manhattan.

 

Océanie 3 033

 

Tout près de là, dans le quartier des docks, un trois-mâts mythique semble poursuivre une opération de déchargement commencée il y a un siècle.

 

Océanie 3 032

 

On y accède par cette passerelle, évocatrice d' orbites interstellaires.

 

Océanie 3 114

 

Dans le parc Fitzroy,  le jardin du cottage de Cook a un look so british !

 

Océanie 3 037

 

A Federation Square, les bâtiments semblent tout juste sortis d'un tremblement de terre de magnitude 7 sur l'échelle de Richter.

 

P1080867

 

A Hosier Lane, les poubelles paraissent témoigner d'un épisode de la guerre des gangs.

 

P1080914

 

Dans le paisible quartier résidentiel de South Yarra, les jolies maisons victoriennes exhibent fièrement la dentelle de  leurs balcons.

 

P1080542

 

A la fenêtre du restaurant où j'achève mon breakfast, un cacatoès lorgne avec intérêt le contenu de mon assiette.

 

P1080494

 

Dans le parc voisin, des renards volants pendouillent, fatigués par leur virée nocturne et reprenant des forces avant l'ivresse d'un envol crépusculaire.

 

Océanie 3 056

 

Des perroquets aux couleurs vives se posent parfois dans les arbres de la rue tranquille, à rendre verts de jalousie les pigeons de nos contrées.

 

P1020309 (39)

 

Dans l'immense Victoria Market, on trouve de tout. Des pelotes de laine...

 

P1080560

 

Des koalas en peluche,

 

P1020309(6)

 

Des piments rouges..

 

P1080752

 

et des poissons multicolores. A ce propos, dans les échoppes alentour, on peut déguster du John Dory, de la Tête plate ou du crabe mou et le moindre Fish & Chips est un véritable régal.

 

Océanie 3 073

 

Derrière l'étal d'un vendeur de porcelaine kitch, un curieux paravent associe la Joconde, Bouddha et une vahiné délurée, étrange association dont les subtilités m'échappent encore, mais peut-être le vendeur a-t'il simplement voulu évoquer l'Europe, l'Asie et l'Océanie, ses marchés de prédilection ?

 

P1080822

 

Dans le merveilleux Jardin Botanique, considéré à juste titre comme l'un des plus beaux du monde, des arbres monstrueux étalent leurs troncs noueux..

 

P1080815

 

Tout à côté, la silhouette gracile des fougères arborescentes nous plonge au coeur de la forêt primaire.

 

P1080774

 

Un peu plus loin, rosier rustique et pavillon pour amoureux composent une scène des plus romantiques.

 

P1080810

 

Trois curieux palmiers paraissent maugréer dans leur barbe, considérant sans doute inconvenante la présence à proximité d'un arbre-bouteille.

 

P1080845

 

Il faut reconnaître que son tronc fessu est en effet bien évocateur.

 

P1080484

 

A n'en pas douter, les petites écolières, dûment chapeautées et chapitrées, qui découvrent la bio-diversité en parcourant les allées du jardin, ne manqueront pas d'y regarder à deux fois.

 

P1080810-1

 

Quant à ce spécimen échevelé, il faudrait vraiment un coiffeur inspiré pour y mettre bon ordre..

 

Océanie 3 072

 

En ville, c'est bientôt Halloween, et une sorcière atterrit dans un petit commerce avec son parapluie-parachute.

 

Océanie 3 043

 

La vitrine d'un magasin adopte un décor particulièrement gore pour l'occasion.

 

Océanie 3 140

 

Le jour du grand Derby de Printemps, trois élégantes, de retour des courses, attendent démocratiquement le tram dans le centre-ville en tapotant leur portable.

 

P1080587

 

Sur les quais, un bluesman, qui paraît tout droit sorti du bush, égrène de la country-music d'une voix rocailleuse.

 

Somme toute, ils semblent parfaitement heureux nos voisins du dessous, en-bas, là-bas très loin, de l'autre côté du monde.

 

oooOOOooo

 

 

 

 

 

 

 

.

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 17:16

Un bateau qui file dans le soir...

 

P1030211

 

Petite contribution au thème du mois dans la communauté 'Les couleurs dans notre vie'.

 

Bonne soirée.

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 10:48

 

 

P1060074

 

Dans la boutique en bord de mer.

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 16:45

 

 

 

 

 

Ce n'est plus tout-à-fait la terre, ce n'est pas encore tout-à-fait la mer.

 

DSCN0298

 

Dans la tiédeur moite, l'embarcation glisse doucement

dans un étrange labyrinthe.

 

DSCN0297

 

L'air est étouffant, l'eau sombre est immobile.

Le silence oppressant est à peine interrompu par le battement d'ailes d'une aigrette.

 

DSCN0311

 

Les racines-échasses des palétuviers se chevauchent, s'entrecroisent, s'entrechoquent.

Elles évoquent vaguement un combat titanesque d'araignées géantes.

 

DSCN0310

 

On devine, on pressent, l'invisible fourmillement

des milliers d'habitants de ce fascinant marécage,

le grouillement d'un bestiaire inquiétant.

Des poissons y rampent dans la vase et des oiseaux y nagent dans l'eau trouble.

 

DSCN0299

 

La lumière joue au travers des branchages

et éclaire dans l'eau d'insalubres transparences.

Des lambeaux d'une brume malsaine dérivent encore

dans les impasses de ce dédale sans fin.

 

Mangrove

 

C'est le royaume de la magie et des sortilèges, des mystères et des légendes,

un monde fait d'ambivalences, tout à la fois impénétrable et hostile

mais aussi abri et source de vie.

 

DSCN0307

 

Une odeur lourde de végétal en décomposition

imprègne chaque recoin de cette forêt suspendue.

De temps à autre, le cri d'un oiseau invisible vient briser le silence.

 

309

 

Tel un fantôme, un lourd pélican traverse soudain l'étroit passage,

de retour sans doute de pêches en eau libre.

 

301

 

Au détour d'un chenal, un grand héron surpris se fige.

Deux secondes plus tard, il aura disparu.

 

Palétuviers

 

Un bateau amarré, caché dans les racines,

témoin échoué d'on ne sait quels trafics,

rappelle que les hommes ont de tous temps trouvé ici refuge.

 

DSCN0312

 

Dans des caches perdues au milieu de la boue,

des idoles antiques adressent toujours aux dieux

des interrogations vaines.

 

DSCN0538

 

Mais le temps est venu de quitter ces eaux troubles

où, le soir venu, les insectes enragent.

 

DSCN0319

 

Le souffle retrouvé de la mer chasse les maléfices.

 

Barque

 

La barque, au nom inspiré, d'un pêcheur solitaire,

confirme, s'il en était besoin, l'inanité des interrogations humaines.

 

oooOOOooo

 

Les photos de cet article ont été prises dans le Parc National de Los Haitises, en République Dominicaine, à l'exception de celle concernant le pêcheur philosophe, aperçu au large de Fort de France, en Martinique.

Repost 0
Published by Jean-François - dans Photographie - Voyages
commenter cet article

Présentation

  • : Mémoire de Rivages
  • Mémoire de Rivages
  • : Pourquoi ce blog? Pour ne pas oublier tous ces rivages, proches ou lointains, que j'ai connus, pour faire partager ces regards, ces visions, ces impressions fugaces, ces moments suspendus et qui ne se reproduiront plus, pour le plaisir de montrer des images et d'inventer des histoires, pour rêver tout simplement..
  • Contact

Profil

  • Jean-François
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..

Recherche

Catégories