Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 janvier 2020 5 31 /01 /janvier /2020 16:48

 

Laissez pour un instant voguer votre imagination.

 

Vous êtes en 1989, sur les hauteurs d'Antibes.

 

Il fait nuit.

 

Les cigales, dans les oliviers centenaires,

ont depuis longtemps déjà interrompu leur chant.

 

Dans l'atelier de la superbe villa futuriste 

dont le propriétaire a conçu les moindres détails,

il y a de la lumière.

 

Approchez

 

La musique envahit l'espace, Bach surtout,

mais aussi Vivaldi, et parfois Stravinsky.

 

L'artiste est là, devant une toile immense.

 

Il est célèbre et couvert d'honneurs

mais sa santé est déclinante.

 

Amputé d'une jambe, lui, l'allemand qui combattait les nazis

au sein de la Légion étrangère,

il est cloué sur sa chaise roulante.

 

Voilà deux ans qu'il a perdu l'amour de sa vie

Anna-Eva Bergman

dont l'atelier, à côté, reste plongé dans le noir.

 

Il n'a plus que quelques mois à vivre.

 

Hans Hartung regarde, immobile,

cette toile gigantesque installée devant lui.

 

Il n'a plus la force de gratter, de scarifier, de racler, de griffer,

d'éclabousser la toile, comme il le faisait jusqu'alors

à l'aide de cette improbable panoplie d'instruments

qu'il avait lui-même fabriqués.

 

C'est désormais à distance qu'il affronte le support.

 

Ses assistants préparent les couleurs qu'il a choisies

et testent la 'sulfateuse',

ce pulvérisateur de jardin intensément bricolé

avec lequel il va littéralement libérer sa peinture,

donnant naissance, dans l'improbabilité des coulures,

à d'extraordinaires paysages sensoriels,

explosions, éruptions, jaillissements, bouillonnements,

véritable hymne  à la vie magnifié par le format retenu.

 

360 œuvres seront réalisées au cours de la seule année 1989,

l'artiste ne quittant l'atelier 

qu'une fois le sol de l'atelier entièrement tapissé

des toiles en cours de séchage.

 

Le Musée d'Art Moderne de Paris présente actuellement  

et jusqu'au 1er Mars 2020

une très belle rétrospective des œuvres de Hans Hartung.

 

Dans la dernière salle de l'exposition

on peut admirer plusieurs immenses toiles 

réalisées dans les dernières années de sa vie. 

 

Dans le couloir jouxtant la sortie, 

le visiteur passe devant la dernière oeuvre du Maître,

T 1989-N10

Une ombre funeste semble en dévorer un pan.

 

Le Mur de Berlin venait à peine de tomber

- Hans Hartung était natif de Leipzig -

 

Il s'est éteint trois semaines plus tard.

 

Ses cendres ont été dispersées dans la Méditerranée.

 

 

 

oooOOOooo 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

JACQUELINE 02/02/2020 09:44

Tu réalises un véritable hommage à un peintre qui a su rendre par ses oeuvres les éclats et les couleurs de la vie malgré sa propre existence tragique. Ton choix d'accompagnement musical est d'une beauté infinie. Je partage d'ailleurs cette passion pour le baroque que j'écoute en boucle, grace à les "nouvelles technologies"! Bonne semaine à venir Jean François

Jean-François 03/02/2020 00:02

Les grands formats de la fin de la vie de l'artiste ont été pour moi une révélation. Un jaillissement vital. Oui, la musique baroque qui constituait l'environnement sonore des créations du peintre est merveilleuse et je regretterai toujours d'avoir manqué il y a de cela quelques années un concert anniversaire de William Christie ...

eva 01/02/2020 09:32

Très beau, Jean-François ! Magnifiquement accompagné par Jaroussky que j'adore. Je suis sous le charme de Hartung que je ne connaissais pas bien. Peinture fascinante, jaillissante... Très bon parti-pris des plans rapprochés dans la dernière phase de ta video, mettant en valeur les textures et les mouvements... Bravo ! 5 étoiles !

Jean-François 01/02/2020 12:32

Merci Eva. Comme toi, je connaissais mal Hartung et, mis à part les encres sur papier que j'adore, j'étais plutôt réticent concernant ses toiles de la période 50/60. La révélation de cette exposition a été l'explosion colorée des grands formats de la fin de sa vie. Un véritable hymne à la liberté pour laquelle il n'a cessé de combattre durant toute son existence. Pour ce qui est de la musique, c'est surtout Glenn Gould et les Variations Goldberg qui accompagnaient le peintre dans son atelier. Mais là, YouTube n'aurait pas laisser passer ...

Présentation

  • : Mémoire de Rivages
  • : Pourquoi ce blog? Pour ne pas oublier tous ces rivages, proches ou lointains, que j'ai connus, pour faire partager ces regards, ces visions, ces impressions fugaces, ces moments suspendus et qui ne se reproduiront plus, pour le plaisir de montrer des images et d'inventer des histoires, pour rêver tout simplement..
  • Contact

Profil

  • Jean-François
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..

Recherche