Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2020 4 12 /11 /novembre /2020 18:42

 

Un petit conte animalier plein de sagesse

comme on le racontait autrefois

dans la nuit africaine.

 

Un joli moment d'évasion 

en ces temps moroses.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2019 1 30 /09 /septembre /2019 17:02

 

L'été, cette année, a été fort avare en pluies

et le soleil s'est révélé bien vigoureux.

Parcourir dans ces conditions

à l'occasion des 'Grandes Eaux Musicales'

le parc du château d'un roi 

dont le soleil était justement l’emblème

permettait d'assister au spectacle rafraîchissant 

de nymphes, bambins et héros mythologiques

batifolant sous les torrents d'une eau

jaillissant de bouches improbables.

 

Ce montage vidéo se veut l'illustration 

de quelques visions glougloutantes 

surprises au détour des bosquets.

 

oooOOOooo

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 07:24

 

On revient toujours à ses premières amours … 

 

J'avais déjà tenté à plusieurs reprises de réaliser une illustration 

de ce merveilleux poème

peut-être le plus beau de la langue française, 

 

Le Bateau Ivre

 

sans jamais parvenir à harmoniser images et texte.

Le texte défilait toujours trop vite, en décalage avec les illustrations

censées refléter les visions du poète.

 

J'ai donc décidé de sauter le pas et ….

de "déclamer" ce monument de la littérature.

Entreprise téméraire, s'il en fut ...

 

Il faudra bien sûr, à qui visionnera ce montage vidéo, beaucoup d'indulgence 

eut égard aux maladresses d'un piètre récitant,

mais le résultat présente au moins le mérite de placer au regard du texte

des images qui, dans mon imagination, traduisent visuellement

les émotions de l'auteur du poème.

 

Il est fait, dans la vidéo, beaucoup appel aux oeuvres du peintre

Emil Nolde

Ses fulgurances colorées semblent directement inspirées

par les visions hallucinées de Rimbaud.

 

Il y a quelque temps de cela, j'avais remarqué 

dans le passage des Abbesses, au pied de la butte Montmartre, 

un très beau portrait d'Arthur Rimbaud

réalisé par l'artiste urbain Jacques Servoz.

J'ignore si ce portrait a résisté aux intempéries et aux taggeurs indélicats,

mais le regard fiévreux du poète sur ce portrait 

m'avait alors impressionné.

 

 

Il ne cesse de me hanter depuis ...

 

 

oooOOOooo

 

 

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 19:13

 

Il fut un temps où, à la surface des eaux tranquilles,

se reflétait l'image d'un monde serein.

 

 

Sur les façades des maisons de verre,

les nuages se bousculaient 

et dessinaient à l'envie de bourgeonnantes compositions.

 

 

Ils paraissaient parfois se jouer des vagues monstrueuses

que d'orgueilleux immeubles poussaient à l'assaut du ciel.

 

 

C'est alors que, sur ces forteresses transparentes

un étrange soleil commença à décrire une orbe maléfique.

 

 

Les fenêtres-miroirs réfléchirent de mystérieux

et indéchiffrables messages.

 

 

L'univers sembla soudain plongé dans une atmosphère d'aquarium.

 

 

Tout se passa ensuite très vite.

Des vents tourbillonnants s'enroulèrent autour des tours insolentes.

 

 

Il y eut un éclair aveuglant.

 

 

Les eaux, autrefois tranquilles, 

reflétèrent d'indescriptibles incandescences.

 

 

Lorsque, au bout d'un temps qui parut interminable,

le calme enfin revint,

le spectacle était apocalyptique.

 

 

Le monde était devenu froid et glacé.

Les altières façades scintillaient sous la lumière crue.

 

 

Nulle trace de vie.

On eut dit qu'un sortilège avait soudain cristallisé des cathédrales miroitantes. 

 

 

Les arbres, dénudés, paraissaient implorer les tours indifférentes

pour que la vie revienne bientôt dans ce silence glacé.

 

 

On pouvait apercevoir ça et là,

enfermés dans leur prison de verre,

des monstres de temps oubliés que le cataclysme avait éveillés.

 

 

Qu'adviendrait-il si, par malheur, ils venaient à se libérer de leur geôle?

 

 

Tout ceci, bien sûr n'est qu'un mauvais rêve.

Les passants affairés qui longent les tours de verre

ne prêtent guère attention aux messages de leurs façades-miroirs. 

 

 

Loin des tours, les eaux tranquilles

reflètent encore parfois l'image d'un monde serein.

 

 

Mais, serait-ce un signe prémonitoire,

de mystérieux messages nous rappellent toujours 

qu'il pourrait être judicieux de garder un oeil sur le ciel.

 

 

 

oooOOOooo

 

Ce billet reprend, pour une large part, des photos prises, il y a bien longtemps, dans le quartier de La Défense à Paris. Elles avaient fait l'objet d'un article, plus 'statique', publié dans ce blog il y a cinq ans (déjà ! ...).

Le but recherché étant toujours, bien sûr, de 'faire parler les images' !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 16:26

 

Un monde étrange les habite.

On y rencontre un bestiaire fabuleux, des dauphins, des tritons, des serpents, des sirènes, des batraciens, des tortues et des monstres marins de tous types.

On y rencontre des animaux mythiques, des lions, des chiens, des dragons, des chevaux, des centaures, des chimères, que sais-je encore.

On y rencontre aussi des titans, des esclaves, des cyclopes, des nymphes et des chérubins, des héros mythologiques et des dieux de l'Olympe.

Les fontaines monumentales, havres de fraîcheur et de sérénité, dont l'eau jaillissante et limpide, gargouillis à peine perceptible ou geyser grondant, nous attirent de façon magnétique.

Le monde étrange des fontaines s'est immobilisé dans des poses improbables. Les conques dans lesquelles les musiciens s'époumonent ne produisent aucun son, De la bouche des paysans changés en grenouilles les invectives sont muettes. L'aboiement des chiens, le rugissement des lions, le hennissement des chevaux est inaudible.

Ces animaux et ces personnages racontent des histoires dont la symbolique d'un autre temps nous échappe.

Seul nous parvient le bruit apaisant de l'eau.

Elle sourd de toutes ces bouches, humaines et animales.

Sa musique est un baume au cœur de l'été brûlant.

 

 

oooOOOooo

 

Fontaines
Partager cet article
Repost0
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 11:33

 

C'est en 1871, à l'âge de dix-sept ans, que Rimbaud écrivit ce que d'aucuns considèrent comme le plus beau poème de la langue française :

 

Le Bateau Ivre

 

Il y a un peu plus d'un an, j'avais tenté dans ce blog, au travers d'oeuvres d'artistes et d'images diverses, d'illustrer ce monument de la littérature.

Je réitère, cette fois sous la forme d'un essai de clip vidéo censé 'dynamiser' quelque peu le défilé des images d'un article de blog.

Il y est toujours beaucoup fait appel aux oeuvres du peintre expressionniste allemand Emil Nolde (1867 - 1956) qui semblent si parfaitement traduire les fulgurances colorées du poème.

 

Ont également et involontairement contribué à l'illustration de la vidéo :

 

- un artiste Cheyenne anonyme,

- François Truffaut (Antoine courant sur la plage dans les 'Quatre Cents coups'),

- Winslow Homer,

- Catherine Van Den Steen,

- Bill Viola (les noyés et les phosphores jaunes et bleus sont extraits de ses vidéos),

- Ferdinand Hodler,

- le Douanier Rousseau,

- Jean-Michel Othoniel,

- Zeng Fanzhi,

- Jean-Christophe Lerouge (le portrait d'Arthur Rimbaud).

 

Les autres images sont, pour partie, des photos-souvenirs de lointains voyages, avec l'adjonction de quelques photos trouvées sur le net.

L'accompagnement musical est l'aria des Bacchianas Brasileiras n°5 d'Heitor Villa-Lobos, interprété par Victoria De Los Angeles.

 

Sur un mur de l'Hôtel des Impôts, rue Férou à Paris, l'artiste néerlandais Jan Willem Bruins a gravé l'intégralité des 25 quatrains du 'Bateau Ivre', à proximité de l'endroit où le jeune poète présenta son oeuvre pour la première fois à une réunion des 'Vilains Bonshommes'.

Il faut le lire de la droite vers la gauche, dans le sens du méchant vent qui soufflait, dit-on, depuis la place Saint-Sulpice.

 

Beaucoup de chanteurs, d'acteurs, de comédiens ont interprété ou récité  le Bateau Ivre, sans jamais cependant faire oublier la fougueuse et passionnée version qu'en offrit le regretté Léo Ferré en 1983.

 

 

oooOOOooo

 

 

 

Le Bateau Ivre
Partager cet article
Repost0
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 22:34

 

Afin d'honorer mon admission dans la communauté 'Les Yeux ouverts', je vous propose la réédition d'un article publié il y a déjà près de cinq années, alors que la défunte et regrettée communauté 'Les Couleurs dans notre vie' existait encore.

Je pense que ce petit conte pourrait contribuer, certes bien modestement, à garder les yeux ouverts sur la beauté du monde, ce qui, il faut bien l'avouer par les temps qui courent, exige parfois une certaine dose d'optimisme.

 

 

C'était au temps du cinéma muet, des bus à impériale, des messieurs en gibus....

 

 

En ce temps là, le monde semblait n'exister qu'en noir et blanc

 

Emile Friant 2

Emile Friant - 'Les amoureux' - 1888, Musée des Beaux-Arts de Nancy

 

Seuls, les peintres, bénis des dieux,

avaient la faculté rare de restituer les couleurs de la vie.

 

DSCN3135

 

C'est alors que Kodak survint

et nos yeux étonnés purent enfin contempler la diversité colorée du monde.

 

P1020309 (20)

 

Les oranges redevinrent oranges,

 

P1020309 (13)

 

Les piments, verts,

 

P1020309 (37)

 

et les aubergines, violettes.

 

079 (1)

 

Les fleurs retrouvaient leur splendeur

 

P1070512

 

et les couchers de soleil redevenaient magiques.

 

Gérard Fromanger - Corps à corps - bleu - Paris - Sienne

Gérard Fromanger - 'Corps à corps - bleu ' - Ctre G.Pompidou

 

Les artistes, quant à eux, s'en donnaient à coeur joie

 

Willem De Kooning - Sans Titre XX - 1976

Willem De Kooning - 'Sans Titre XX' - 1976- Ctre G.Pompidou

 

et traquaient sans répit l'âme des couleurs.

 

Kazuo Shiraga - 'Hika' - 1999 (det)

Détail d'une oeuvre de Kazuo Shiraga - 'Hika' - FIAC 1999

 

Lasses d'être ainsi torturées,

les couleurs décidèrent un beau jour de partir en guerre

contre l'ingratitude humaine.

 

Yayol Kusama - 'Infinity Dots ASNH' - 2010

Détail d'une oeuvre de Yuyol Kusama - 'Infinity Dots ASNH' FIAC 2010

 

Les jaunes formèrent des bataillons serrés.

 

Yayol Kusama - 'Universe AJKN' - 2010

Détail d'une oeuvre de Yuyol Kusama - 'Universe AJKN' - FIAC 2010

 

Les bleus s'organisèrent en escouades.

 

Tiger Balm dragon

Dragon à Hong-Kong

 

Les rouges élirent un vaillant chef de guerre.

 

Oyvind Fahlström - Green Power (det) - 1969

Détail d'une oeuvre de Oyvind Fahlström - 'Green Power' - 1969 - Ctre G.Pompidou

 

Les verts se rangèrent derrière un prophète inspiré.

 

Erro - Le Cri - 1967

Gudmundur Erro - 'Le Cri' - 1967 (d'après le tableau d'Edvard Munch)

 

La guerre bientôt fit rage

 

Alighiero Boetti - Aerei - 1989

Alighiero Boetti - 'Aerei' - 1989

 

Le conflit s'étendit aux quatre coins de la planète.

 

Kirsten Everberg - Falling Rocket - 2006

Kirsten Everberg - 'Falling Rocket- - FIAC 2006

 

Le monde ne fut bientôt plus qu'un vaste champ de ruines

 

Monory - 'Meurtre N° 9' - 1968

Jacques Monory - ' Meurtre n°9 ' - 1968 - Ctre G.Pompidou

 

et les traces des combats étaient partout visibles.

 

P1020667

Déjeuner de bonzes au Laos

 

Confronté à une situation apparemment sans issue,

un comité de sages se réunit

pour tenter de mettre un terme aux hostilités.

 

Nabil Nahas, 'Bolero' - 2003

Nabil Nahas - Bolero' - 2003

 

Il fut alors décidé de reconnaître l'indépendance des couleurs.

 

Jean-Michel Basquiat - Slave Auction - 1982

Jean-Michel Basquiat - 'Slave Auction' - 1982

 

Il ne serait jamais plus tenté à l'avenir

de les asservir pour quelque motif que ce soit.

 

P1030240

 

et c'est ainsi que les couleurs se réapproprièrent le monde

 

013f (6)

 

et que tout un chacun put à nouveau jouir

de l'infinie beauté de ce qui nous entoure.

 

oooOOOooo

La révolte des couleurs
Partager cet article
Repost0
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 15:43

 

Le Jardin du Temps qui passe se trouve de l'autre côté du miroir.

Il n'est accessible qu'en songe.

 

 

Le Jardin du Temps qui passe n'a rien du bel ordonnancement d'un parc à la française.

Il refléte l'inextricable complexité de nos passions et l'enchevêtrement de nos désirs. 

 

 

 

 

Il arrive pourtant que des échappées dans l'écheveau du rêve débouchent inopinément sur de lumineux paysages, souvenirs heureux enfouis dans les profondeurs de la mémoire.

 

 

 

Le Jardin du Temps qui passe est peuplé de statues songeuses, témoins muets d'amours disparues.

 

 

 

 

Les eaux dormantes de l'oubli le submergent peu à peu.

 

 

 

Elles laissent par endroits apparaître les vestiges engloutis des fêtes d'autrefois.

 

 

 

 

Le Jardin du Temps qui passe est gardé par un bien étrange personnage. On ne peut pas dire qu'il soit beau. On pourrait même à la rigueur admettre qu'il est franchement laid.

On le trouve généralement au pied d'un arbre gigantesque, si grand et si haut qu'il semble vouloir égratigner le ciel.

 

 

 

S'il vous trouve sympathique, l'infortuné gardien vous emménera sur son bateau et vous fera découvrir quelques uns des aspects insoupçonnés du Jardin.

 

 

 

 

Il vous parlera du héron bleu, qui se confond avec la nuit, et pour montrer sa reconnaissance envers vous qui acceptez sa différence, il parsémera votre route de jolies guirlandes aux couleurs vives. 

 

 

 

 

Mais voilà que le brouillard envahit soudain le Jardin.

Il est temps de retraverser le miroir et d'abandonner le rêve à regret.

 

 

Le Jardin du Temps qui passe n'existe qu'en songe, 

Les photos de ce conte ont été prises aux quatre coins du Monde, mais le petit personnage difforme et si laid n'a pas eu lui la chance de courir la planète. Je l'ai trouvé à Paris ... au Bois de Boulogne !

Il se cache tout au bout du lac réservoir de Longchamp ! Alors, si d'aventure vous passez par là, allez donc lui rendre une petite visite. Personne ne le remarque et cela lui fera un immense plaisir.

Peut-être même, s'il vous trouve sympathique, parsémera-t-il votre route de jolies guirlandes vert pomme...

 

oooOOOooo.  

 

 

 

Le Jardin du Temps qui passe.
Partager cet article
Repost0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 08:34

 

Pour célébrer dignement mon arrivée dans la communauté des 'Bancs d'ici et d'ailleurs'  j'ai cru bon de rééditer un article publié il y a 3 ans, avant qu'Overblog ne nous prive du plaisir des partages communautaires.

J'espère,qu'il fera sourire les amoureux de ces complices de nos méditations et de nos balades.

 

Monsieur de la Pallice n'aurait pas manqué de le rappeler, les chaises et les bancs ont été créés pour que l'on s'assoie dessus.

 

Banc dans un parc

Banc dans un parc à Melbourne

 

A la différence de la grande majorité des animaux qui posent leur derrière n'importe où, les hommes partagent avec les grands primates la faculté de s'asseoir d'une manière agréable sur ces précieux auxiliaires mis à notre disposition pour notre confort.

 

singe assis

Singe assis, photo de Sandra Moreira, publiée dans l'Internaute du 15/09/2007

 

Il est un fait avéré que nous passons une très large partie de notre vie en position assise, mais croyez-vous vraiment que le Penseur de Rodin aurait pu méditer aussi profondément s'il était resté debout ??

 

le penseur de Rodin

'le Penseur', exemplaire de la Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague

 

Bien sûr, il y a des cas extrêmes et nul n'est contraint de s'asseoir dans des conditions aussi inconfortables que celles représentées dans les célèbres photos prises par Charles Ebbets dans les années 1930 à l'occasion de la construction des premiers gratte-ciel new-yorkais.

 

la pause déjeuner

Charles Ebbets, 'la pause déjeuner', 29/09/1932

 

Le seul fait de regarder ces images ne vous met-il pas le coeur à l'envers.?

 

l'homme-planche

Charles Ebbets, 'l'homme-planche', 1932

 

Non, c'est plutôt lorsque, autour de soi, la vie ressemble à un vaste tourbillon, qu'il est bon de se poser un peu pour reprendre ses esprits.

 

P1080899

Melbourne, Hosier lane

 

Si la multiplication des suggestions du monde moderne vous déroute, alors rien de tel qu'un petit somme sur un banc pour redonner un sens à la vie.

 

'Solitude' - Banc public à La Défense.

Paris, quartier de la Défense

 

Si les ennuis quotidiens vous dominent de leur hauteur monstrueuse, une petite pose téléphone sera la bienvenue. .

 

P1080870

Melbourne, Hosier lane

 

Ces jeunes et accortes personnes l'ont bien compris, l'usage du portable est tout de même plus commode en position assise.

 

Océanie 3 140

Melbourne, le jour du Derby

 

Mais quand l'heure d'une retraite heureuse a sonné, un moment de repos bien mérité, au soleil, sur un rebord de pierre sera l'occasion d'une paisible confrontation avec ses souvenirs.

 

Camoglie 63

Italie, Camogli (GE)

 

Alors, si d'aventure un banc vous invite clairement à échapper, ne fut-ce qu'un instant, aux turpitudes de la vie de tous les jours, s'il vous plaît n'hésitez pas, asseyez-vous, et regardez autour de vous le monde poursuivre inlassablement sa course folle.

 

Bancal1

Paris, quartier de la Défense

 

oooOOOooo

Du bien fondé d'être assis
Partager cet article
Repost0
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 17:34

 

 

Avec le souhait que la Nouvelle Année,

qui nous tend les bras,

apporte à tous les visiteurs de ce modeste blog,

fidèles, occasionnels ou accidentels,

autant de grands et de petits bonheurs.

 

oooOOOooo

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Mémoire de Rivages
  • : Pourquoi ce blog? Pour ne pas oublier tous ces rivages, proches ou lointains, que j'ai connus, pour faire partager ces regards, ces visions, ces impressions fugaces, ces moments suspendus et qui ne se reproduiront plus, pour le plaisir de montrer des images et d'inventer des histoires, pour rêver tout simplement..
  • Contact

Profil

  • Jean-François
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..

Recherche