Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 23:37

 

Dans la grande forêt équatoriale africaine on entend parfois un oiseau dont le cri évoque à s'y méprendre les pleurs d'un bébé. A n'en pas douter, les Lega, ces peuples des confins orientaux de l'actuelle République Démocratique du Congo, aux frontières de l'Uganda, du Rwanda et du Burundi, qui vivaient autrefois en parfaite harmonie avec la nature dans cette riante région riveraine des Grands Lacs de l'Afrique centrale, auraient pu l'identifier et en interpréter le message.

 

 

Photo Eliot Elisofon, 1967, National Museum of African Art, Smithsonian Institution Washington - USA

 

Malheureusement, cette région prospère qui aurait pu être l'image d'un paradis sur terre, est depuis près de vingt ans le théâtre d'atroces combats et de massacres quasi incessants pour le contrôle des terres, des richesses minières et du pouvoir, qui terrorisent la population. Les tirs de kalachnikov y ont désormais supplanté le chant des oiseaux.

Loin de ces horribles conflits, le Musée du Quai Branly présente actuellement une envoûtante exposition autour de la collection Jay T. Last de masques et d'objets rituels des Lega, collectés pour l'essentiel à l'époque où le Congo était encore une colonie belge. 

 

 

Alignés bien sagement dans leurs vitrines, les masques à longue barbe de fibres, si caractéristiques de l'ethnie, semblent flotter en apesanteur et onduler comme s'ils avaient gardé en mémoire le rythme lancinant des danses à l'occasion desquelles ils étaient portés.

 

 

Il faut dire que, pour un amateur d'art africain, reconnaître au premier regard qu'un masque est Lega est grandement facilité par le fait que l'art de ces peuples ne ressemble en rien à celui d'autres ethnies et que ses particularités, ovale des visages, nez droit, symétrie des yeux, barbe de fibres, blanc de kaolin et cet air toujours de tristesse élégante et indéfinissable font qu'il l'identifiera à coup sûr. 

 

  

 

 

 

 

L'art des Lega n'a connu que récemment la notoriété. C'est sans doute à la maîtrise de leurs sculpteurs, ces témoins de l'invisible, dans le travail de petits objets en os ou en ivoire, à la belle patine qui va d'une douce couleur miel à un somptueux rouge sombre , que l'on doit l'envolée spectaculaire des prix en vente publique.

 

 

 

 

 

Qu'il s'agisse de masques, de statuettes, d'objets de divination, de coiffures ou encore d'ornements de prestige ou insignes emblématiques, tous les objets d'art Lega ne sont créés que dans un seul but, servir de supports d'enseignement ou d'accomplissement des rites de la société initiatique du Bwami qui occupe une place déterminante au sein de la vie sociale et religieuse de ces peuples.

 

 

 

Le Bwami est une association ouverte à tous les membres de la communauté, hommes et femmes. Organisée en grades, dont on gravit les échelons tout au long de sa vie, elle implique, à chaque niveau des cycles d'initiation, des obligations financières et le passage par une série de rites qui mêlent musique, danse, sagesse proverbiale et arts divers. Dans ce contexte, les oeuvres d'art sont des codes laissés par les ancêtres, que l'initié saura décrypter pour en tirer les enseignements cachés.

 

 

 

 

La grande originalité de la production artistique Lega dévolue au Bwami est l'utilisation dans un but pédagogique ou de reconnaissance hiérarchique d'éléments aussi divers que des cuillers, des ornements de coiffure, des statuettes zoomorphes, mais aussi des éléments divers non transformés, d'origine végétale ou animale, qui trahissent l'étroite symbiose entre les Lega et leur environnement naturel.

 

 

 

 

 

 

Les rares initiés parvenus au stade ultime du Bwami étaient des sages tenus d'observer un code de conduite morale idéal, axé sur la vérité et spirituellement irréprochable, ce qui n'empêcha pas l'administration coloniale belge, qui y voyait un inquiètant contre-pouvoir, d'interdire l'association et d'en exiler les membres influents.

 

 

Que reste-t'il aujourd'hui du Bwami ? Difficile de le dire, bien qu'il semble qu'il se soit fortement politisé et qu'il soit devenu un symbole de l'individualité Lega. En tout état de cause, les atrocités n'ont jamais cessé dans la région des deux Kivu, habitat principal des Lega. Selon des ONG présentes dans la zone, rien que pour le premier semestre 2013, 3000 cas de viols ont été recensés au Nord Kivu et 9000 personnes déplacées au Sud Kivu. Toutes ethnies confondues, le nombre de morts dans cette partie de la République 'Démocratique' du Congo aurait atteint le chiffre effrayant de cinq millions en quatorze années.

Au Musée du Quai Branly, les murs faisant face aux vitrines d'exposition ont été décorés avec des représentations stylisées des objets-phares de l'art Lega. Leur aspect un peu fantomatique, en arrière-plan des délicates oeuvres offertes à la contemplation des visiteurs, semble nous rappeler qu'un monde n'est plus où l'on pouvait espérer, au terme d'une longue initiation, atteindre enfin le Beau et le Bien.

 

 

 

 

Triste ironie de l'histoire, le californien Jay T.Last, auquel on doit cette extraordinaire collection, est l'un des pionniers de la Silicon Valley et le concepteur de la première puice électronique, or l'une des raisons majeures des malheurs des habitants de l'est congolais est la fameuse 'malédiction des matières premières' et la richesse de leur sous-sol. Le Kivu est le premier producteur mondial de coltan, indispensable à la fabrication de nos chers portables. Les grands groupes internationaux n'hésitent pas à payer un droit de passage aux seigneurs de la guerre et aux groupes rebelles sévissant sur place pour s'assurer le libre approvisionnement du précieux minerai.

 

 

Peut-être après tout que, sous la tente d'un camp de réfugiés, un vieil homme, qui fut autrefois un grand dignitaire du Bwami, en entendant les pleurs des bébés alentour, se remémore le temps où, tandis que le soleil déclinait, il écoutait le cri de l'oiseau qui imitait si bien ces pleurs et se disait alors que cela n'augurait vraiment rien de bon.

 

oooOOOooo.

Mélancolie Lega au Musée du Quai Branly

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Frieda 14/01/2014 13:43

Jean-François
Je reviens te souhaiter une super belle année
et qu'elle soit celle de beaux partages et découvertes
riches en informations
Avec toute mon amitié
Depuis Yaoundé
Frieda

Jean-François 14/01/2014 19:50

Merci encore Frieda pour tes commentaires et tes bons vœux. Je sais que tu as aussi commenté mes articles 'Bonne Année' et 'Une fringale de couleurs' mais j'ai fait une fausse manœuvre et les commentaires ont malencontreusement disparus ! Depuis, j'ai enfin compris comment permettre aux commentaires d’apparaître immédiatement sans passer par la case médiation que je ne souhaitais pas. Si je continue comme cela, encore quelques années et j'aurai compris comment fonctionne un blog :-)) Bonne soirée dans la douceur africaine.

Frieda 14/01/2014 13:40

Bonjour Jean-François
Je suis vraiment heureuse de retrouver tes articles sur cette belle page
documentée et riche en informations
Il fut un temps où ma grand-mère nous initiait au langage et à la présence jamais
anodine de ces précieux messagers près ou dans la maison
On a tant à apprendre autour de ces masques et des éventuelles significations
Je me ré inscris à ta news
Bonne journée
Frieda

midolu 27/12/2013 23:23

Merci !
Mes tentatives étaient restées vaines pour retrouver cet article.
À bientôt.

midolu 24/12/2013 23:19

Après un premier et trop rapide survol, tes précieuses explications me font découvrir une histoire et la réalité actuelle des Lega et du Bwami. Les masques semblaient déjà porter une tristesse prémonitoire (mais j'interprète sans doute, au regard du sort que subit cette culture) ...
Les statuettes, les sculptures sont admirables, comme cette composition en éléments naturels bruts (feuilles, coquilles, fibres) ou fabriqués (des " boutons " ?). Je ne sais pas ce qu'elle représente, peut-être une coiffe, ni quel rite elle accompagnait, mais elle me touche beaucoup, ainsi que les masques.
Je repense aux objets d'une région de l'Amérique du Sud (l'Equateur ?) dont tu avais parlé dans un article précédent que je n'ai pas (encore) retrouvé.
Je m'associe à Thaddée pour te remercier, et je la remercie elle aussi pour initier des discussions instructives.
À bientôt.

Jean-François 25/12/2013 00:17

La composition est bien sûr un couvre-chef d'un initié du Bwami d'un grade supérieur. Elle est constituée principalement d'une carapace de pangolin qui est l'animal totémique des Lega. Chaque élément a son importance et une signification précise.Quant aux boutons, on les retrouve dans toute l'Afrique où ils ont, à l'époque coloniale, peu à peu remplacés les cauris, ces petits coquillages devenus difficiles à trouver.Nul doute que c'est la matière de ces boutons qui a retenu l'attention des artistes et non l'effet décoratif que nous y voyons nous, occidentaux. Les petites sculptures en ivoire sont effectivement très belles et atteignent à présent des prix records dans les ventes. Dommage qu'elles soient si difficiles à photographier dans ces vitrines muséales, véritables pièges à reflets. Mon article sur les poteries équatoriennes s'intitulait 'A Cuenca, les poteries ont un visage'.
Bonne journée de Noël. A bientôt.

Thaddée 24/12/2013 17:07

Un reportage vraiment émouvant ... Quelle triste destinée pour ce peuple libre et si créatif. Ça fait penser au massacre des Indiens. Qu'y a-t-il dans le nid ? - Je n'arrive pas à voir de quel animaux il s'agit. Tous ces masques, toutes ces statuettes ont quelque chose d'impressionnant, non seulement parce qu'ils retracent l'histoire de rituels très précis, mais aussi parce qu'ils témoignent d'un passé malheureusement révolu. Ces oiseaux qu'on n'entend plus chanter, quelle tristesse ... Un bien mélancolique article, mais au combien beau !
Je te souhaite un Joyeux Noël Jean-François, et merci pour tes reportages approfondis. Un vrai bonheur de se plonger dans ces civilisations anciennes, hélas pour la plupart éteintes ...

Jean-François 24/12/2013 20:40

Merci Thaddée pour le commentaire. En fait, je suis bien informé de l'arrivée d'un commentaire (lorsque mon ordi est ouvert, évidemment) mais il ne peut apparaître que lorsque je l'ai coché. C'est bizarre, mais je n'ai jamais trouvé comment faire autrement (idem pour ma réponse d'ailleurs). On estime que les Lega sont environ 300,000 à l'heure actuelle, mais vu la difficulté d'enquêter dans la région, on ne sait pas très bien sous quelle forme le Bwami continue à exister. Les photos de mon article ne sont qu'une petite partie des clichés pris au cours de mes visites au Musée.Peut-être en ferai-je ultérieurement une présentation Power Point. Si le sujet t'intéresse, tu peux trouver sur internet un excellent article de Viviane Baeke 'A la recherche du sens du Bwami',qui se réfère au livre d'un administrateur colonial belge Emile Alexandre Georges 'Sur les traces d'un rêveur égaré au Congoland'. Il avait su se faire aimer des Lega qui l'avaient surnommé 'Celui qui se promène la nuit'. Fait rarissime, il a constitué une collection constituée exclusivement d'objets qui lui ont été donnés, et non acquis ou 'collectés'. Voilà, j'espère que tu as décortiqué les crevettes de ton chat, à moins bien sûr qu'il ne soit un virtuose du décorticage. Pourquoi pas après tout...

Présentation

  • : Mémoire de Rivages
  • Mémoire de Rivages
  • : Pourquoi ce blog? Pour ne pas oublier tous ces rivages, proches ou lointains, que j'ai connus, pour faire partager ces regards, ces visions, ces impressions fugaces, ces moments suspendus et qui ne se reproduiront plus, pour le plaisir de montrer des images et d'inventer des histoires, pour rêver tout simplement..
  • Contact

Profil

  • Jean-François
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..
  • Amoureux invétéré des voyages, des tropiques, des bords de mer, des jardins, de la nature, de l'art etc.. etc..

Recherche

Catégories